Le marché de l’habitation reste vulnérable

Photo: Cole Burston La Presse canadienne

Ottawa — Le marché immobilier canadien reste « vulnérable », même si la surévaluation s’est atténuée dans des villes comme Toronto et Victoria au troisième trimestre, a indiqué jeudi la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). L’agence fédérale a souligné qu’il s’agissait du dixième trimestre consécutif pour lequel le marché canadien du logement était considéré comme « vulnérable ». Le degré de vulnérabilité d’ensemble reste élevé à Hamilton et à Vancouver, où le marché de l’habitation a ralenti au cours des derniers trimestres, mais où les prix de l’immobilier restent élevés par rapport à ces facteurs. Un degré faible de vulnérabilité globale est maintenu, notamment pour Ottawa, Montréal et Québec.

Avec Le Devoir