Bornes rapides: pas d’impact sur les tarifs, dit Hydro-Québec

Hydro-Québec prévoit de déployer 1580 bornes publiques de recharge rapide pour véhicules électriques sur le territoire de la province.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Hydro-Québec prévoit de déployer 1580 bornes publiques de recharge rapide pour véhicules électriques sur le territoire de la province.

Le déploiement de 1580 bornes publiques de recharge rapide pour les voitures électriques, un projet estimé à environ 120 millions par Hydro-Québec, n’aura pas d’impact sur les tarifs d’électricité, selon la société d’État.

Dans des documents déposés mercredi à la Régie de l’énergie, Hydro-Québec a mentionné que la recharge des voitures électriques, dont le parc continuera de croître au cours des prochaines années, a lieu en grande partie à domicile.

« Le projet du distributeur n’exercerait pas de pression à la hausse sur ses tarifs même dans l’hypothèse où le tarif de recharge aux bornes de recharge rapide devait être maintenu à son niveau actuel de 10 $/heure sur tout l’horizon d’analyse », a insisté Hydro-Québec Distribution en réponse à une question de l’Union des municipalités du Québec.

« En effet, le tarif de recharge aux bornes n’est pas un facteur ayant un impact majeur sur les revenus requis du distributeur associés au projet puisqu’une part significative des revenus provient des recharges à domicile », a ajouté la société d’État.

L’UMQ cherchait à savoir si le projet de bornes de recharge à courant continu (BRCC) pouvait avoir un effet sur les tarifs d’électricité compte tenu du fait que le taux facturé aux bornes n’est pas définitivement arrêté et que la Régie « n’a pas encore statué sur la juste valeur des actifs acquis dans le cadre de ce projet ».

Selon la loi, le tarif aux bornes rapides est désormais fixé par le gouvernement. Un projet de règlement prévoyait une majoration à 11,50 $ à compter du mois de janvier, mais il n’a pas encore été appliqué. À l’heure actuelle, le Circuit électrique compte environ 171 bornes rapides.

La réponse d’Hydro-Québec figure parmi une liasse de documents déposée pour fournir des renseignements supplémentaires sur son projet, non seulement à la Régie elle-même, mais aussi à l’Union des consommateurs, au Regroupement des organismes environnementaux en énergie, à l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration et à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Augmentation du parc

Environ 95 % des recharges sont faites à domicile, a indiqué un porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty. Quant au nombre de véhicules entièrement électriques sur les routes, la société d’État a estimé en décembre que leur nombre pourrait atteindre 380 000 d’ici 2027, soit l’horizon du projet.

Selon un tableau d’Hydro-Québec, l’ensemble du projet se chiffrerait à 118,9 millions. Jusqu’en 2021, le projet aurait un impact très légèrement négatif sur les revenus requis de la filiale de distribution de la société d’État. Pour l’année 2019, par exemple, il serait de 800 000 $, puis de 1,2 million et 1,3 million en 2020 et 2021. (On a déjà estimé dans le passé qu’un changement de 110 millions dans les revenus requis peut avoir un impact de 1 % sur les tarifs.)

Cependant, toujours selon les prévisions, le vent tournerait à compter de 2022 et le projet aurait un effet positif sur les revenus requis. En 2027, par exemple, il serait de 13,2 millions.

Les sommes en cause et le rythme du déploiement pourraient changer en fonction, par exemple, de l’évolution du nombre de voitures électriques au Québec ou des progrès réalisés au chapitre des batteries. Hydro-Québec cite aussi l’impact potentiel des bornes elles-mêmes ainsi que « des contraintes opérationnelles (par exemple, la capacité à installer les bornes sur les emplacements identifiés préalablement) ».

Le nombre de voitures électriques sur les routes a augmenté de façon importante au cours des dernières années, mais les autorités estiment qu’une infrastructure publique robuste permettrait d’accélérer leur adoption. À ce chapitre, le gouvernement fédéral a récemment annoncé un appui de 5 millions pour trois projets de recharge rapide d’Hydro-Québec portant sur une centaine de bornes.