Les pays émergents rattrapent leur retard en matière de téléphones intelligents

Aux Philippines, le taux d’adoption du téléphone intelligent chez les 18-34 ans est passé de 31 à 74% de 2015 à 2018.
Photo: Ted Aljibe Agence France-Presse Aux Philippines, le taux d’adoption du téléphone intelligent chez les 18-34 ans est passé de 31 à 74% de 2015 à 2018.

La contre-performance du marché des téléphones intelligents en 2018 cache une forte pénétration de ces appareils dans les pays émergents. Au Brésil, en Afrique du Sud, aux Philippines ou encore en Indonésie, les 18-34 ans ont entrepris de rattraper leur retard par rapport aux jeunes adultes des économies dites avancées.

Le marché des « smartphones » a atteint un plateau l’an dernier. En fait, l’industrie a connu « la pire année de tous les temps » en 2018, avec des ventes mondiales en recul de 4,9 % au cours des trois derniers mois de 2018. Le marché affichait ainsi un déclin pour un cinquième trimestre consécutif, faisant dire aux analystes qu’il était en récession. Sur l’ensemble de 2018, les livraisons mondiales se sont chiffrées à 1,4 milliard d’appareils, a mesuré le cabinet spécialisé IDC, en baisse de 4,1 % par rapport à 2017. Ce qui a fait dire au vice-président d’IDC Ryan Reith que, « globalement, le marché des téléphones intelligents est un désastre actuellement ».

IDC attribue cette stagnation à l’évolution des cycles de remplacement, au taux de pénétration déjà très élevé dans de nombreux grands marchés, à l’incertitude politique et économique, mais aussi à « la frustration grandissante des consommateurs face à la hausse continue des prix ». S’ajoute à la liste une contraction de 10 % des ventes en Chine l’an dernier, cette puissance mondiale étant pourtant friande de cet appareil avec 30 % du marché mondial. Ce qui n’a pas empêché le géant chinois Huawei de se démarquer et de poursuivre son ascension au sein du « top 3 » mondial des fabricants, soutenu par une progression de 34 % de ses ventes l’an dernier. Huawei table sur son succès en Chine et à l’international et mise sur les prix.

Chez les émergents

Car derrière la stagnation mondiale se profile un taux de pénétration en nette progression dans les pays émergents, avec une adoption de l’appareil particulièrement ressentie chez les 18-34 ans. Selon une étude du Pew Research Center publiée mardi, dans les 18 pays développés observés, 76 % des adultes utilisaient un téléphone intelligent en 2018, tandis que 17 % avaient un téléphone basique et que 6 % n’avaient aucun mobile. Dans les neuf économies émergentes étudiées, 45 % des adultes en ont un, tandis qu’un tiers usent d’un type de mobile moins sophistiqué. L’étude portant sur 30 133 personnes ne comprend pas la Chine.

Petit contraste local : 66 % des adultes canadiens disaient détenir un téléphone intelligent, 9 % possédaient un appareil de base, mais 25 % n’avaient aucun mobile. Cette non-détention d’un téléphone mobile détonne avec la médiane de 6 % mesurée dans les pays dits développés composant l’étude et de 17 % parmi les pays émergents. Seules l’Inde (35 %) et l’Indonésie (29 %) abritaient une population sans mobile plus élevée.

L’écart reste grand, mais le rattrapage est rapide. Pew fait ressortir que, dans les économies dites matures, les jeunes adultes ont fait le plein alors que l’accroissement du taux d’adoption se vérifie davantage chez les plus âgés. À l’exception de l’Argentine, où le téléphone intelligent est utilisé par 84 % des 18-34 ans, le taux de pénétration dépasse les 90 % dans les autres pays développés. Par contre, la proportion des 50 ans et plus détenant un appareil est passée de 53 % à 64 % en moyenne entre 2015 et 2018.

Le profil est différent dans les pays émergents. Si la majorité des adultes de 50 ans et plus détiennent un téléphone intelligent dans les économies développées, ce taux tombe sous les 35 % dans les économies en voie de développement. Mais l’écart se comble plus rapidement chez les 18-34 ans, avec un taux d’adoption passant notamment de 31 à 74 % de 2015 à 2018 aux Philippines, de 39 à 66 % en Indonésie, de 46 à 73 % en Afrique du Sud ou encore de 61 à 85 % au Brésil.

Et Pew d’ajouter que la « planète mobile » abrite cinq milliards de personnes, dont plus de la moitié abonnées au téléphone intelligent.