Emploi: un écart se creuse entre Montréal et le reste du Québec

Différents facteurs sont probablement à la source de cet écart observable depuis au moins une dizaine d’années, mais l’un des plus importants semble actuellement un vieillissement plus rapide de la population dans le reste du Québec.
Photo: Pixabay Différents facteurs sont probablement à la source de cet écart observable depuis au moins une dizaine d’années, mais l’un des plus importants semble actuellement un vieillissement plus rapide de la population dans le reste du Québec.

Le fossé se creuse entre Montréal et le reste du Québec face au problème de la rareté de main-d’oeuvre, constate l’Institut du Québec. Les pouvoirs publics doivent, de toute urgence, se doter d’outils de mesure plus fins et adopter des politiques beaucoup plus énergiques afin de limiter les dégâts.

Depuis trois ans, Montréal a compté pour plus de 85 % des nouveaux emplois créés dans l’économie québécoise, rapporte l’Institut du Québec (IdQ) dans une étude qui doit être dévoilée ce jeudi. L’an dernier, le nombre d’emplois au Québec a fait du surplace, mais ce total aurait affiché une perte nette d’un peu plus de 30 000 emplois, n’eût été sa métropole, la ville de Québec ayant notamment perdu plus de 7000 emplois, Sherbrooke près de 4000 et Saguenay près de 3000.

Différents facteurs sont probablement à la source de cet écart observable depuis au moins une dizaine d’années, mais l’un des plus importants semble actuellement un vieillissement plus rapide de la population dans le reste du Québec en raison notamment de la plus forte concentration d’immigrants à Montréal, a expliqué en entretien téléphonique au Devoir la directrice générale de l’IdQ, Mia Homsy. À ce rythme, 16 professions seront en manque de main-d’oeuvre à Montréal en 2021, contre 51 à Québec, 56 en Montérégie et 58 dans Chaudière-Appalaches.

Des changements ont été apportés, mais ils ne sont pas à la hauteur du problème

Mais quels que soient ces écarts, le vieillissement de la population constituera — à Montréal comme ailleurs — le principal frein à la croissance de l’emploi et de l’économie les prochaines années, à moins que les gouvernements amorcent « rapidement » un virage dans leur façon de réagir à la situation.

Aux prises « soit avec un problème de déni, soit avec un manque de leadership, soit avec les deux », les pouvoirs publics se sont révélés jusqu’à présent bien « trop timides » dans leur réaction face à ces problèmes prédits pourtant depuis des années par les démographes, déplore Mia Homsy. « Des changements ont été apportés, mais ils ne sont pas à la hauteur du problème. »

Virage urgent

Le clivage entre Montréal et les régions montre que « l’accès aux données sera le nerf de la guerre » et qu’il faudra « éviter de faire du mur-à-mur » afin de s’adapter aux besoins spécifiques de chaque région, de chaque profession et de chaque industrie.

On devra commencer par « s’affranchir des approches traditionnelles qui reposaient sur l’obsession de créer à tout prix des emplois », dit le rapport de l’IdQ. Comme ailleurs, on y plaide entre autres pour une lutte plus efficace contre le décrochage scolaire et l’expansion de la formation continue. On y appelle aussi à l’accélération du processus de sélection des immigrants et à une meilleure adéquation avec les besoins du Québec. On y insiste sur l’importance d’accélérer l’automatisation et le virage numérique de ces dernières. On y recommande également de dresser désormais le portrait des besoins de main-d’oeuvre non plus en terme de qualifications (métiers, diplômes obtenus…), mais de compétences (niveau de littératie, expérience dans certaines tâches, maîtrise d’outils informatiques particuliers…). On ne s’explique pas que la fiscalité continue de pénaliser les travailleurs plus âgés qui seraient prêts à retarder leur départ à la retraite.

Si l’on s’y prend bien et à temps, non seulement cet important virage permettra de passer à travers la période démographique la plus critique, qui se poursuivra au moins jusqu’en 2029, mais « il placera aussi le Québec en excellente position pour assurer son développement économique et social par la suite », dit Mia Homsy.