Telus lance une OPA hostile sur Microcell

Telus a lancé hier une offre publique d'achat non sollicitée de 1,1 milliard de dollars sur son concurrent montréalais Microcell, qui exploite la marque de services téléphoniques sans fil Fido.

Telus offre 29 $, entièrement au comptant, pour chaque action de catégories A et B de Microcell, ce qui représente une prime de 38,1 % pour l'action de catégorie A et de 36,5 % pour l'action de catégorie B, par rapport aux cours de clôture d'hier à la Bourse de Toronto.

Selon le chef de la direction de Telus, Daren Entwistle, l'offre s'inscrit dans le cadre de la stratégie de l'entreprise de Vancouver de «mettre l'accent sur les marchés de croissance des services sans fil, de transmission de données et de services IP, tout en augmentant la vitesse à laquelle nous pouvons améliorer notre position, particulièrement au Québec et en Ontario».

Microcell s'est récemment retrouvé en concurrence directe avec Telus, en lançant à Vancouver, dans le fief de la deuxième plus importante compagnie de téléphonie au pays, son service «Cité Fido» qui permet aux abonnés de faire un nombre illimité d'appels locaux à partir de leur cellulaire pour 45 $ par mois.

Devant le succès de ce service offert par Microcell, Telus avait répliqué en lançant une campagne de mise en marché énergique pour ravir des clients à Microcell au Québec. Microcell avait obtenu en octobre et décembre de 2003 des injonctions de la Cour supérieure du Québec pour faire cesser les pratiques de Telus.

Sévère critique

M. Entwistle avait été sévèrement critiqué pour son acquisition, en 2000, de Clearnet Communications, une autre entreprise de téléphonie sans fil. Telus avait payé un très fort prix, soit 6,6 milliards, avant que l'effondrement des marchés boursiers ne fasse fondre la valeur des entreprises de télécommunications. Le lourd niveau d'endettement de Telus avait ensuite contraint l'entreprise à licencier des milliers de travailleurs dans l'ouest du pays. Le directeur financier de Telus, Robert McFarlane, a précisé que l'acquisition serait financée en partie par les 300 millions en liquidités dont dispose Telus ainsi que par des emprunts bancaires.

Microcell est le plus petit des quatre grands fournisseurs canadiens de téléphonie sans fil, en nombre d'abonnés, derrière Bell Mobilité, Rogers et Telus Mobilité. Après un départ fulgurant à la fin des années 1990, l'entreprise avait dû se placer en 2002 sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Au premier trimestre qui a pris fin le 31 mars dernier, Microcell a subi une perte de 14,3 millions. L'un des principaux actionnaires de Microcell est Telesystème Mobile International (TIW), contrôlé par l'homme d'affaires Charles Sirois.