Renault: l’État français lâche Carlos Ghosn

Photo: Eugene Hoshiko Associated Press Carlos Ghosn, p.-d.g de Renault

Paris — Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a demandé mercredi la convocation « dans les prochains jours » d’un conseil d’administration de Renault pour désigner un successeur à son p.-d.g. Carlos Ghosn, incarcéré depuis près de deux mois au Japon. « J’ai demandé explicitement, comme actionnaire de référence, que le conseil d’administration de Renault soit convoqué dans les prochains jours », a-t-il expliqué. L’État français est le premier actionnaire de Renault, avec 15,01 % du capital. Nissan en détient 15 %, mais sans droits de vote en assemblée générale. Renault contrôle pour sa part 43 % de Nissan, qu’il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans.