Desjardins réorganise sa haute direction

Le Mouvement Desjardins met de l'avant un vaste plan qui implique une réorganisation à la haute direction et la constitution d'un comité de direction stratégique élargi, ce qui permettra d'instaurer une plus grande cohésion entre toutes les composantes du Mouvement et d'envisager d'ici deux ans des excédents additionnels récurrents d'au moins 100 millions de dollars avant impôt par année, ce qui représente 10 % des revenus globaux de Desjardins en 2003.

C'est ce qu'a fait valoir Alban D'Amours, président du Mouvement, en divulguant ce plan et en annonçant la liste des nominations des personnes qui occuperont de nouvelles fonctions et auront des responsabilités portant tant sur la Fédération des caisses que sur l'ensemble des filiales. Un tel redéploiement des activités entraîne la disparition de Desjardins Société financière (DSF).

«Tous ces changements s'inscrivent dans une optique de développement des affaires et de gestion optimale de nos ressources financières. Il ne s'agit pas d'une opération de rationalisation. Tout redéploiement de personnel se fera dans le respect des personnes et des conventions collectives», a précisé le président.

Bref, personne ne perdra son emploi par suite de ces changements, qui ne touchent que 25 personnes chez DSF. Il faudra toutefois deux ans avant que le plan n'atteigne son objectif d'augmenter les excédents de 100 millions, parce qu'il faudra d'abord revoir la réglementation interne et faire approuver les changements par la prochaine assemblée générale de la Fédération des caisses, en mars 2005. Néanmoins, on commencera le plus tôt possible à procéder aux changements là où ce sera possible et à intensifier le développement des affaires.

M. D'Amours a fait part hier, dans le cadre de ce plan, de plusieurs nominations importantes qui entrent en vigueur tout de suite. Monique Leroux, actuellement présidente de DSF et chef de la direction des filiales, devient première vice-présidente exécutive et chef de la direction financière du Mouvement Desjardins. Elle sera également observatrice au conseil d'administration de la Fédération et à ceux de toutes les filiales.

Louis-Daniel Gauvin, qui était jusqu'à maintenant premier vice-président et chef de la direction financière de DSF, devient premier vice-président et chef de la gestion intégrée des risques chez Desjardins, un poste qui s'impose en raison de l'adoption prochaine de l'Accord de Bâle, auquel le Mouvement entend se conformer.

Jean-Guy Langelier demeure président de la Caisse centrale, mais il assume en plus la fonction de chef de la trésorerie du Mouvement Desjardins, qui consiste à établir une stratégie de gestion cohérente des liquidités et de l'appariement. L'ensemble des activités de trésorerie, qui se trouvent présentement au sein de différentes entités, seront donc intégrées à la Caisse centrale.

Marcel Pepin, jusqu'ici premier vice-président exécutif et chef des affaires commerciales de DSF, devient premier vice-président à la planification stratégique et au développement des affaires pancanadiennes.

Jacques Dignard, premier vice-président aux ressources humaines et opérations à la Fédération, occupera les mêmes fonctions pour l'ensemble du Mouvement.

Pierre Brossard quitte sa fonction de premier vice-président aux affaires institutionnelles et adjoint exécutif au président du Mouvement pour devenir premier vice-président exécutif à la direction du Mouvement. Dans ce rôle d'appui au président du Mouvement, M. Brossard pourra siéger comme observateur au conseil d'administration de la Fédération.

Pour sa part, M. D'Amours cumulera dorénavant les fonctions de chef de la direction du Mouvement Desjardins, ainsi que de chacune des filiales. Il sera en outre membre d'office de leur conseil d'administration.

Nouveau comité

Enfin, toutes les personnes visées par ces nominations feront partie d'un nouveau comité de direction stratégique du Mouvement Desjardins, avec d'autres cadres supérieurs, comme Bertrand Laferrière, président et chef de l'exploitation de la Fédération, François Joly, de Desjardins Sécurité financière, Jude Martineau, des Assurances générales, Gérard Guilbault, de Gestion d'actifs, Bruno Riverin, à titre de président intérimaire de Desjardins Capital de risque, et Jean-Pierre De Montigny, de Valeurs Mobilières Desjardins. Le comité sera présidé par M. D'Amours.

Les changements affectent aussi Fiducie Desjardins, en ce sens que les activités manufacturières et de distribution de fonds de placement seront transférées à la Fédération des caisses dans une unité d'affaires spécialisée. Les activités de nature fiduciaire seront maintenues dans une société de fiducie également rattachée à la Fédération. Bruno Morin, actuellement premier vice-président régional pour l'ouest du Québec, est nommé premier vice-président aux fonds de placement et services fiduciaires. Il veillera à la mise en oeuvre du redéploiement de la Fiducie au cours de l'année. Il agira, d'ici la fin de ce projet, comme président et chef de l'exploitation par intérim de Fiducie Desjardins, en remplacement de Jean Landry, qui prend sa retraite dès demain. «Le personnel de la Fiducie Desjardins a acquis au fil des ans une expertise reconnue, que nous mettrons bien sûr à contribution pour la bonification de notre offre de service aux membres des caisses, notamment en matière de gestion du patrimoine», mentionne le président du Mouvement.

L'essentiel de ces annonces ne prendront personne par surprise, puisque M. D'Amours avait déjà présenté les grandes orientations de ce plan lors de l'assemblée générale annuelle tenue en mars dernier.