Le trafic est en hausse chez Air Canada

Air Canada a inscrit des gains de trafic dans tous les segments en avril, la croissance la plus forte (+89,5 %) venant du réseau transpacifique, suivi des vols nolisés vers le Sud (+53,1 %).
Photo: Agence Reuters Air Canada a inscrit des gains de trafic dans tous les segments en avril, la croissance la plus forte (+89,5 %) venant du réseau transpacifique, suivi des vols nolisés vers le Sud (+53,1 %).

La reprise du trafic amorcée en décembre est toujours perceptible chez Air Canada. Les statistiques d'avril vont même jusqu'à permettre au transporteur d'inscrire un sommet pour ce mois.

Le trafic d'Air Canada, mesuré en passagers-milles payants (PMP), a été en hausse de 22,3 % en avril. Ce taux, combiné à une augmentation de 9,5 % de la capacité, a permis au transporteur national d'inscrire un coefficient d'occupation de 77,7 % le mois dernier, contre 69,6 % en avril 2003. «Le très bon rendement de nos lignes intérieures, qui se traduit par une hausse de 17,4 % du trafic, et la constante vigueur d'autres secteurs ont conduit au meilleur coefficient d'occupation réseau jamais enregistré en avril», a noté Rob Peterson, vice-président général et chef des affaires financières.

Cette performance du réseau intérieur — qui renferme Tango et ZIP, soit le service et la filiale à escompte d'Air Canada —, combinée à une augmentation de 12,5 % du trafic comptabilisée par la filiale régionale Air Canada Jazz, témoigne d'une croissance généralisée sur la scène intérieure. À titre de comparaison, Westjet, principal concurrent d'Air Canada sur les liaisons canadiennes, a ainsi vu son achalandage croître de 31 % en avril. Toutefois, ce gain, combiné à une hausse correspondante de l'offre, s'est traduit par une quasi-stationnarité, à 65,5 %, du coefficient d'occupation affiché le mois dernier par le deuxième transporteur au pays.

Air Canada a inscrit des gains de trafic dans tous les segments en avril, la croissance la plus forte (+89,5 %) venant du réseau transpacifique, suivie des vols nolisés vers le Sud (+53,1 %). «Les nouvelles destinations latino-américaines et l'expansion sur Delhi ont donné un élan au trafic international», a ajouté Rob Peterson, qui a pris soin de rappeler que «la comparaison sur 12 mois rend compte de la forte incidence négative du SRAS et de la guerre en Irak sur la demande en 2003».

Renversement de tendance

L'an dernier, le transporteur dominant avait encaissé un recul moyen de 12,2 % de son trafic, l'érosion la plus importante venant du réseau transpacifique (-36 %), suivi des routes transfrontalières (-15 %). La concurrence venant des transporteurs à escompte s'était également fait sentir l'an dernier avec une perte de trafic de 9 % sur le réseau intérieur se comparant à un gain de 42,4 % pour Westjet. Mais un renversement de tendance s'est fait sentir en décembre, Air Canada inscrivant alors son premier gain de trafic après 12 mois de recul. La reprise se poursuit depuis.

Ainsi, pour les quatre premiers mois de 2004, le trafic général d'Air Canada a été en hausse de 8,9 % comparativement à un accroissement des capacités de 5 %. Dans l'ordre, la progression vient des vols nolisés (+38,8 %), du réseau transpacifique (+34,3 %) et du réseau intérieur (+8,4 %). La filiale régionale a également contribué positivement à la reprise en inscrivant un gain cumulé de 4,6 % de son trafic. À l'inverse, des pertes de trafic au cours de la période de quatre mois ont été observées sur le réseau transfrontalier et sur les routes transatlantiques. Dans le premier cas, le recul des PMP a totalisé 6,9 %. Une contraction plus forte des capacités, de 9,8 %, s'est toutefois traduite par une hausse du coefficient d'occupation sur les routes transfrontalières, à 68,1 %. Dans le second cas, la perte de trafic correspondant à un ajustement similaire des capacités s'est chiffrée à 3,1 %.