Rapport sur l’énergie: des tendances toujours aussi préoccupantes

Les ventes d’essence au Québec ont augmenté de 33% de 1990 à 2017, et de 12,7% de 2013 à 2017.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Les ventes d’essence au Québec ont augmenté de 33% de 1990 à 2017, et de 12,7% de 2013 à 2017.

Le cinquième rapport sur l’état de l’énergie au Québec constate les mêmes tendances « préoccupantes » que les précédentes éditions au sujet des sources et des habitudes de consommation, mais le travail de ses auteurs se heurte à des difficultés dans l’obtention de certaines données spécifiques.

Portrait global du système énergétique du Québec et des émissions de gaz effet de serre (GES) qui en découlent, le rapport produit annuellement par la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, publié vendredi matin, rappelle que la transition menant à un usage réduit des produits pétroliers d’ici 2030 est « à peine entamée ».

Pour brosser ce portrait, Pierre-Olivier Pineau et Johanne Whitmore ont de nouveau eu recours à des données institutionnelles de Statistique Canada, Ressources naturelles Canada (RNC), Hydro-Québec, Environnement Canada, etc. Mais le défi consiste à obtenir des « données fiables ». « Ça reste un problème. Ils font toujours des révisions dans les données, et c’est difficile d’avoir de la cohérence », a dit M. Pineau en entrevue.

Pour le secteur de la biomasse en particulier, pourtant présenté ici et ailleurs comme un secteur d’avenir dans la production d’énergie, l’obtention de données pour le Québec est complexe, selon M. Pineau.

Les tendances fonda­mentales sont toujours là. On vend toujours plus d’essence, on vend toujours plus de véhicules.

 

Selon le rapport, la biomasse comptait pour 7,5 % du bilan énergétique au Québec en 2016. L’hydroélectricité et le pétrole occupaient chacun 36 % du total, suivis du gaz naturel à 14 %.

Par ailleurs, « on dit que le biogaz et les biocarburants, c’est l’avenir, mais les gouvernements ne font aucun suivi formel sur ce qui se passe, sur ce qu’est la production réelle », a dit M. Pineau. « On peut appeler les entreprises, mais elles vont nous dire : “On ne peut pas vous donner nos chiffres de production, car c’est secret.” »

Consommation en hausse

Selon les auteurs du rapport, la transition énergétique jouit d’un engouement et les Québécois ont « plusieurs occasions » d’y participer, mais il faudrait que les habitudes suivent un peu plus. Le gouvernement a souhaité en 2016 que la consommation de produits pétroliers diminue de 40 % en 2030 par rapport à 2013.

Or, de 2013 à 2017, les ventes de produits pétroliers raffinés ont augmenté de 4,9 %, selon le rapport, ce qui « va rendre d’autant plus difficile l’atteinte de la cible de réduction de la consommation » d’ici 2030 en vertu de la Politique énergétique du Québec. De 1990 à 2017, la hausse est de 16 %.

Quant aux ventes d’essence, elles ont augmenté de 33 % de 1990 à 2017 et de 12,7 % de 2013 à 2017.

« Les tendances fondamentales sont toujours là. On vend toujours plus d’essence, on vend toujours plus de véhicules », a dit M. Pineau. « Si on veut vraiment trouver quelque chose de positif, on peut voir qu’il y a un certain ralentissement dans la croissance des ventes, mais les tendances sont toujours très préoccupantes. Il n’y a toujours pas de signaux comme quoi on change. »

Adoption de la voiture électrique

Les auteurs du rapport ont essayé de mesurer l’impact qu’aurait sur le réseau d’Hydro-Québec une adoption à très grande échelle de la voiture électrique. Le scénario actuel de la société d’État prévoit 380 000 voitures entièrement électriques d’ici 2027. Mais imaginons un instant que 40 % du parc automobile du Québec s’électrifiait. Quel serait l’impact sur la gestion de la puissance chez Hydro-Québec ?

« Selon l’estimation du profil de recharge établi par Hydro-Québec durant les jours les plus froids, la demande de pointe augmenterait de plus de 2000 MW, soit plus de 6 % d’augmentation », peut-on lire dans le rapport. « Avec les nouvelles technologies pouvant mieux gérer la demande et le potentiel d’efficacité énergétique du Québec, il sera possible d’éviter » de construire de nouvelles installations de production, précise-t-il.