Le français, un facteur essentiel de la rétention des immigrants au Québec

En moyenne, un immigrant sur cinq a quitté le Québec cinq ans après y avoir été officiellement reçu, selon Statistique Canada.
Photo: Eduardo Montes-Bradley Getty Images En moyenne, un immigrant sur cinq a quitté le Québec cinq ans après y avoir été officiellement reçu, selon Statistique Canada.

La maîtrise du français joue un rôle fondamental dans la rétention des immigrants au Québec.

En moyenne, un immigrant sur cinq a quitté le Québec cinq ans après y avoir été officiellement reçu, a rapporté lundi Statistique Canada. Mesuré auprès des immigrants admis en 2011, ce taux de rétention de 81 % en 2016 s’avère inférieur à celui de l’Ontario (91 %), de l’Alberta (90 %) et de la Colombie-Britannique (87 %), et à peine mieux que celui de la Saskatchewan (80 %) et du Manitoba (78 %).

Cette proportion varie cependant considérablement en fonction de la maîtrise ou non du français au moment de l’admission, observe l’agence fédérale, le taux de rétention s’élevant au niveau record de 95 % au Québec chez les immigrants qui, entre les deux langues officielles au Canada, disaient connaître seulement le français à leur arrivée au pays, contre 84 % pour ceux qui disaient parler les deux, 73 % pour ceux qui ne maîtrisaient que l’anglais et seulement 53 % pour ceux qui ne connaissaient ni l’une ni l’autre des deux langues, l’autre moitié étant déjà repartis pour une autre province ou un autre pays.

Ces écarts étaient à la fois inversés et moins prononcés en Ontario, par exemple, où le taux de rétention après cinq ans est de 91 % pour les immigrants qui ne maîtrisaient que l’anglais, de 86 % pour ceux qui parlaient l’anglais et le français, de 83 % pour ceux qui ne connaissaient que le français et, au contraire du Québec, 92 % pour ceux qui ne parlaient aucune des deux langues.

Les questions du degré de maîtrise du français des immigrants admis au Québec et des programmes de francisation qui leur sont par la suite offerts ont été au coeur des dernières élections générales québécoises. Disant vouloir concentrer ses efforts pour améliorer la francisation et le taux de rétention des immigrants, le nouveau gouvernement de François Legault a annoncé, la semaine dernière, la réduction de 50 000 à 40 000 le nombre total d’immigrants qu’il compte accueillir l’an prochain, tout en maintenant la proportion de ceux connaissant le français au moment de leur admission aux alentours de 41 %.

Des salaires qui augmentent

Les immigrants admis au Canada en 2015 ont gagné le salaire d’entrée le plus élevé de toutes les cohortes admises depuis 1981, souligne Statistique Canada. Leur salaire annuel médian un an après avoir été déclaré résident permanent s’est élevé à 25 400 $ au Canada en 2016, contre 19 800 $ au Québec et 24 600 $ en Ontario.

Ces salaires médians croissent ensuite en fonction du nombre d’années écoulées depuis l’admission. Cette progression semble un peu plus marquée au Québec, où le salaire annuel médian des immigrants reçus depuis un an était de 15 600 $ en 2007 (en dollars constants de 2016), de 24 800 $ cinq ans après avoir été admis et de 30 700 $ après 10 ans, soit une progression totale de 97 %. En comparaison, ce même salaire médian passait pour les dix mêmes années de 18 200 $ à 30 300 $ en Ontario (+66 %) et de 19 100 $ à 31 700 $ pour l’ensemble du Canada (+66 %).

Ces tendances varient en fonction de toutes sortes de facteurs, explique Statistique Canada. Les immigrants qui avaient acquis de l’expérience de travail au Canada avant d’y être officiellement admis, à l’occasion d’un permis de travail, d’une demande d’asile ou encore d’un permis d’études, avaient, par exemple, droit en 2015 à un salaire médian de 34 400 $ après un an seulement contre 19 800 $ pour ceux sans expérience. Or, la proportion d’immigrants admis avec de l’expérience de travail au Canada est passée en dix ans de 20 % à environ 33 %.