Le commerce extérieur va soutenir la croissance canadienne

Paris — L'activité économique au Canada devrait être plus soutenue dans les prochains mois grâce à une reprise des échanges commerciaux au niveau mondial et un resserrement de la politique monétaire pourrait alors être envisagé.

Pour cette année, le taux de croissance du PIB canadien devrait être de 2,8 % et monter à un rythme annuel de 3,3 % en 2005, selon les prévisions économiques semestrielles de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Une économie globalement peu flamboyante a nécessité, à trois reprises depuis le début de l'année, une baisse des taux d'intérêt de la banque centrale.

Pour l'instant, les prix à la consommation restent maîtrisés et la Banque du Canada est en mesure de garder un coût du crédit à ses niveaux actuels, soit 2 %. «Cependant, la Banque pourrait avoir à relever les taux» si «une expansion robuste se matérialise durant l'année» comme attendu.

«La reprise attendue du commerce mondial» et une légère hausse de la consommation des ménages devraient stimuler la croissance économique, selon l'OCDE. Mais une «reprise moins marquée du commerce mondial» et un taux de change moins favorable pour le dollar canadien laissent planer des risques pour le dynamisme de la croissance, note l'organisation.