Des données d’utilisateurs Facebook transmises à d’autres entreprises?

Selon la BBC, des compagnies comme Airbnb, Netflix, Lyft et Badoo auraient profité des faveurs de Facebook.
Photo: Jonathan Nackstrand Agence France-Presse Selon la BBC, des compagnies comme Airbnb, Netflix, Lyft et Badoo auraient profité des faveurs de Facebook.

Des documents dévoilés mercredi par une commission parlementaire britannique laissent entendre que Facebook a accordé à des compagnies amies un accès privilégié à des données personnelles d’utilisateurs en même temps qu’il bloquait tout accès à ses concurrents potentiels.

Selon la BBC, des compagnies comme Airbnb, Netflix, Lyft et Badoo auraient ainsi profité des faveurs de Facebook, ce qui leur a donné l’occasion de développer des applications leur permettant, par exemple, de savoir ce que leurs amis avaient cherché comme destinations ou regardé comme émissions ces derniers jours. La Banque Royale du Canada et l’application Tinder auraient aussi demandé à profiter du même droit, selon le Washington Post.

De l’autre côté, Facebook aurait bloqué toute forme d’interaction entre sa plateforme et celles de compagnies qui lui apparaissaient représenter des concurrents potentiels. Cela aurait été le cas pour le site de vente de billets Ticketmaster et le projet de plateforme de partage de vidéos Vine, lancé sans succès par Twitter.

Les quelque 250 pages de courriels internes de Facebook dévoilés mercredi « soulèvent des questions importantes sur la manière dont Facebook gère les données de ses utilisateurs, sur ses politiques en matière de collaboration avec des développeurs d’applications et sur la manière dont il exerce sa position dominante sur le marché des réseaux sociaux », a tweeté Damian Collins, le président de la Commission sur le numérique, la culture et les médias de la Chambre des communes.

Facebook est depuis plusieurs mois dans le viseur de cette commission dans le cadre d’une enquête sur le phénomène des « fake news ».

La compagnie « n’a jamais vendu les données des gens » et les documents publiés mercredi « sont présentés de manière très trompeuse sans ajouter de contexte », a déclaré un porte-parole de Facebook. Ce porte-parole a rappelé les changements effectués par le réseau social en 2014 et 2015 pour empêcher le partage de données d’amis d’utilisateurs avec les développeurs d’applications.

Facebook est empêtré dans plusieurs affaires, comme les accusations d’ingérence russe sur sa plateforme dans l’élection présidentielle américaine de 2016, mais aussi le scandale de l’exploitation par la firme Cambridge Analytica.

La Banque Royale du Canada serait l’une des compagnies à avoir demandé un passe-droit.