Trump veut que l’ALENA disparaisse rapidement

M. Trump était à bord d’«Air Force One», de retour de Buenos Aires, lorsqu’il a déclaré qu’il mettrait fin à l’ALENA.
Photo: Pablo Martinez Monsivais Associated Press M. Trump était à bord d’«Air Force One», de retour de Buenos Aires, lorsqu’il a déclaré qu’il mettrait fin à l’ALENA.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé son intention de faire savoir au Congrès qu’il envisageait d’abroger l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) dans le but de faire pression sur les législateurs pour qu’ils approuvent la nouvelle entente entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.

M. Trump, le premier ministre Justin Trudeau et l’ancien président mexicain Enrique Peña Nieto ont signé le nouvel accord entre les trois pays au début des réunions du G20, vendredi en Argentine.

M. Trump était à bord d’Air Force One, de retour de Buenos Aires, lorsqu’il a déclaré qu’il mettrait fin à l’ALENA, ce qui donnerait six mois aux membres du Congrès américain pour approuver l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Changements dans l’ACEUM

Une première analyse du libellé définitif du nouvel accord de libre-échange signé vendredi par le Canada permet de découvrir deux changements par rapport au texte initial : le premier pourrait être avantageux pour le secteur automobile ; le second pourrait causer des problèmes en regard du droit du travail.

Véhicules et pièces automobiles.Le Canada a signé avec les États-Unis une lettre d’accompagnement sur le secteur automobile. En vertu de cet accord, le Canada pourra exporter sur une base annuelle jusqu’à 2,6 millions de véhicules pour le transport de personnes sans être assujetti aux droits douaniers imposés par les États-Unis. Cette limite se situe bien au-dessus du plafond de 1,8 million de véhicules qui existait jusqu’à maintenant. Toutefois, on ne prévoit pas que le pays puisse atteindre ce quota d’ici au moins 10 ans, puisque la production canadienne est en déclin, tout comme la demande des consommateurs.

Orientation sexuelle, identité des genres et droits des travailleurs. Dans une version initiale, les trois pays s’engageaient à mettre en oeuvre des politiques afin de protéger les travailleurs contre la discrimination en matière d’emploi fondée sur le sexe, y compris en ce qui concerne le harcèlement sexuel, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’identité de genre. La note d’information sommaire parlait même de « nouvelle obligation contraignante et exécutoire ».

Le texte final en atténue un peu la portée selon divers analystes. La mention « que [chaque pays] considère appropriées » a été ajoutée. Une note de bas de page reconnaît aussi que « les politiques existantes des agences fédérales des États-Unis concernant l’embauche de travailleurs fédéraux sont suffisantes afin de remplir les obligations prévues au présent article ». Celui-ci « ne requiert par conséquent aucune action additionnelle de la part des États-Unis ».

Un texte toujours controversé

Un certain nombre de démocrates au Congrès ont indiqué qu’ils avaient des problèmes avec l’ACEUM dans sa forme actuelle et affirmé qu’il faudrait des mécanismes d’application plus stricts pour les nouvelles règles du travail et des mesures de protection de l’environnement afin de gagner leur soutien.

Certains républicains y voient aussi des problèmes : le sénateur de Floride, Marco Rubio, soutient que cet accord procure aux producteurs agricoles mexicains un avantage injuste qui pourrait mettre les entreprises saisonnières en faillite.

Des experts du commerce soupçonnent depuis longtemps que le président Trump, qui a fait des critiques de l’ALENA une pièce maîtresse de son discours politique, pourrait jouer la carte de l’abrogation pour torpiller les détracteurs de la nouvelle entente.

Selon un porte-parole de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, les commentaires du président Trump font partie du processus américain de ratification.

« Nous irons de l’avant avec notre propre processus puisque la nouvelle entente a été signée », a dit Adam Austen.

La Chine et les États-Unis concluent une trêve

Shanghai — Donald Trump et Xi Jinping se sont mis d’accord samedi sur une trêve dans la guerre commerciale qui menace les économies de leurs pays, mais les analystes soulignent que cette pause ne résout pas encore les problèmes de fond de leur rivalité économique. Aux termes de l’accord conclu samedi pendant le sommet du G20 à Buenos Aires, la Maison-Blanche a annoncé qu’elle allait reporter de 90 jours une hausse des tarifs douaniers sur les importations chinoises. Parallèlement, la Chine s’est engagée à augmenter les importations américaines. La surenchère de droits de douane entre la Chine et les États-Unis depuis le printemps pèse déjà sur la croissance mondiale. Le FMI estime qu’à court terme, le PIB mondial pourrait être réduit de 0,75 % si les tensions commerciales devaient encore s’accroître.