La marque de Trump sur le G20

Contrairement à l’an dernier, où le président américain et ses idées s’étaient largement retrouvés isolés, le communiqué final du prochain sommet du G20 pourrait défendre mollement le libre-échange et la lutte contre les changements climatiques. Selon une ébauche du document dont le Financial Times a rapporté avoir obtenu copie mercredi, la déclaration finale du sommet qui se tiendra du 30 novembre au 1er décembre à Buenos Aires, en Argentine, fera l’impasse sur l’habituel passage condamnant le protectionnisme. Il ne dira pas non plus, comme la dernière fois, que le système commercial mondial joue « un rôle crucial ». À la place, on s’y engagerait à réformer l’Organisation mondiale du commerce (OMC) afin « qu’il reste pertinent ». Des sources ont aussi indiqué au quotidien britannique que les États-Unis et l’Arabie saoudite ont fait pression pour adoucir le discours contre les changements climatiques. Venant tout juste de retirer son pays de l’Accord de Paris, Donald Trump avait été l’an dernier le seul dirigeant du G20, à Hambourg, en Allemagne, à ne pas se rallier à l’affirmation que l’Accord était « irréversible ». Mais cette fois-ci, il ne ferait plus l’objet que d’une brève mention où il serait présenté comme un simple élément de contexte.