Le titre de Bombardier malmené à la Bourse de Toronto

L'usine montréalaise de Bombardier Aéronautique
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne L'usine montréalaise de Bombardier Aéronautique

Le titre de Bombardier perdait environ 13 % de sa valeur vendredi matin, à la Bourse de Toronto.

L’action de la multinationale québécoise valait 1,82 $ un peu avant 10 h, soit un plongeon de 27 cents ou 12,92 % par rapport à son cours à la clôture de la veille.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a confirmé, jeudi, qu’elle examine des transactions internes sur des titres de Bombardier détenus par de hauts dirigeants de la multinationale.

L’enquête de l’AMF vise les opérations entourant la mise en place, en août dernier, d’un Régime d’aliénation de titres automatique (RATA) par Bombardier, ainsi que les différentes annonces faites depuis.

Entre-temps, l’Autorité a demandé à Bombardier de suspendre jusqu’à nouvel ordre toute vente de titres en application du RATA et d’en aviser les courtiers exécutants.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, n’a pas souhaité commenter la situation. « Ce n’est pas de mon ressort. Je ne suis pas qualifié, même, pour en parler », a-t-il dit en marge d’un événement à l’Université McGill.