Assemblée annuelle des actionnaires - Mega Bloks espère doubler ses ventes en cinq ans

Mega Bloks, qui a augmenté ses ventes de 16 % en 2003 pour les porter à 220 millions $US, pense pouvoir les doubler dans les cinq prochaines années. «Avec 220 millions de revenus dans un marché mondial de 40 milliards, il y a de nombreuses possibilités de croissance», a déclaré Marc Bertrand, président et chef de la direction, aux actionnaires présents à l'assemblée générale annuelle hier matin.

Cette année, Mega Bloks, une société fondée à Montréal qui a aujourd'hui 1000 employés et qui vend dans 100 pays une variété de jouets pour les enfants de 12 ans et moins, lancera cette année une cinquantaine de nouveaux produits. D'année en année, les nouveaux produits contribuent à environ 30 % des revenus. En outre, pour la première fois cette année, Mega Bloks lancera, avec certains partenaires, un DVD de 74 minutes qui sera vendu et même diffusé sur de grands réseaux canadiens et américains l'automne prochain. Ce DVD générera bien sûr des revenus, mais il sera en même temps, et surtout, un instrument de promotion et de marketing pour Mega Bloks.

Perte nette

Néanmoins, cette année encore Mega Bloks déclare à son premier trimestre une perte nette de 327 000 $ en comparaison d'une perte de 235 000 $ l'an passé. Cette situation n'est pas inhabituelle puisqu'en général au moins 75 % des produits d'exploitation de cette entreprise sont générés au deuxième semestre de l'année. Les ventes ont quand même augmenté de 16 % dans le trimestre terminé le 31 mars dernier pour atteindre 26,2 millions.

Pour l'ensemble de l'année, les prévisions vont dans le sens de «solides résultats», tout comme l'an passé alors que le bénéfice d'exploitation a grimpé de 33 % pour atteindre 43 millions et que le bénéfice net a pour sa part fait un bond de 43 % pour totaliser 29 millions. Après 18 années consécutives de croissance des ventes, il devrait y avoir encore une augmentation cette année, tant sur le marché nord-américain, où les ventes se sont accrues de 4 % l'an passé pour atteindre 138 millions, que sur les marchés européen et asiatique, avec des ventes accrues de 44 % l'an passé. Mega Bloks compte en particulier sur l'ouverture du marché en Allemagne, où Lego est en position de force à cause d'une réglementation qui empêche des concurrents de vendre une bonne partie de leurs produits. L'ouverture des marchés qui découlera de l'Union européenne et aussi de certaines procédures légales n'est pratiquement qu'une question de temps, selon les dirigeants de l'entreprise montréalaise.

Par ailleurs, Mega Bloks est aussi impliquée dans un contentieux légal avec Lego Canada et Kirkbi AG, à la suite d'une procédure intentée devant la Cour suprême pour en appeler d'une décision de la Cour fédérale. Lego réclame un droit exclusif sur l'aspect des tenons des briques jouets empilables et emboîtables qui sont commercialisées à la fois par Lego et Mega Bloks.

En ce qui concerne la production des jouets, Mega Bloks considère que son usine montréalaise est très efficace et concurrentielle; celle-ci fabrique au moins 60 % des produits de l'entreprise. Pour les jouets qui demandent un travail manuel plus important, le travail est confié en sous-traitance à une firme chinoise. Quelle sera la situation dans cinq ans? Peut-être 50 % à Montréal et 50 % en Asie, à moins que ce ne soit 40 % ici et 60 % là-bas, a répondu prudemment M. Bertrand.