Riyad réclame une baisse de production mondiale de pétrole

Le ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh
Photo: Karim Sahib Agence France-Presse Le ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh

L’Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d’un million de barils par jour afin d’équilibrer le marché, au moment où la baisse des prix de l’or noir fait craindre un effondrement des cours comme en 2014.

« L’analyse technique que nous avons passée en revue hier révèle que nous avons besoin d’une réduction approchant un million de barils par jour pour équilibrer le marché », a dit lundi le ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh, lors d’une réunion des pays membres de l’OPEP et non membres du cartel pétrolier, à Abou Dhabi.

La veille, il avait annoncé que Riyad, le premier producteur au monde, allait réduire sa propre production et diminuer en décembre ses exportations de 500 000 barils par jour par rapport à novembre.

Près de 20% en un mois

Pris en étau entre un bond de la production chez quelques grands pays producteurs et la crainte d’une baisse de la demande, les cours du pétrole ont chuté de près de 20 % en un mois, après avoir pourtant culminé début octobre à leur plus haut niveau depuis quatre ans.

Vendredi dernier, le prix du baril de Brent était passé sous la barre des 70 $US pour la première fois depuis avril, et celui du baril new-yorkais sous les 60 $US, à son plus bas niveau depuis neuf mois.

Malgré des signes de ralentissement de la demande, l’Arabie saoudite, la Russie, le Koweït et l’Irak ont récemment augmenté leur production de brut, et les États-Unis celle de pétrole de schiste.

Toute décision officielle concernant une baisse de la production mondiale sera prise lors d’une réunion plénière prévue le 5 décembre à Vienne entre les pays non-OPEP et les 14 membres de l’organisation, a encore indiqué le ministre saoudien.