Trump s'en prend de nouveau à la Réserve fédérale

Le président américain, Donald Trump
Photo: Evan Vucci Associated Press Le président américain, Donald Trump

Le président américain, Donald Trump, a intensifié jeudi ses attaques contre les hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale des États-Unis, affirmant que la banque centrale était « hors de contrôle » et lui imputant la chute des cours boursiers de cette semaine.

« C’est une correction qui, je pense, est causée par la Réserve fédérale américaine avec les taux d’intérêt », a déclaré M. Trump, interrogé par des journalistes, dans le bureau ovale, à propos de la baisse des marchés boursiers.

Il a ajouté : « Nous avons des taux d’intérêt qui augmentent à un rythme beaucoup plus rapide que ce à quoi s’attendaient beaucoup de gens, y compris moi-même. Je pense que la Fed est hors de contrôle. »

Il s’agissait de la dernière série de flèches récemment décochées par le président à la Fed, actuellement dirigée par Jerome Powell, qu’il a lui-même nommé à sa tête. La banque centrale a progressivement relevé les taux d’intérêt à mesure que l’économie se raffermissait, pour éviter une accélération de l’inflation. Les critiques s’inquiètent du fait que les attaques du président menacent la capacité de la Fed à fonctionner sans subir de pression politique.

Bien que M. Trump ait déclaré qu’il s’opposait à la hausse soutenue des taux d’intérêt, il a précisé qu’il ne chercherait pas pour autant à évincer M. Powell de son poste à la banque centrale.

« Non, je ne vais pas le renvoyer », a dit M. Trump. « Je suis juste déçu de la vitesse » à laquelle les taux grimpent.

La critique publique du président américain au sujet de la Fed, qui a débuté cet été, est sans précédent. Ses prédécesseurs ont pris soin de ne pas attaquer directement la politique monétaire de la banque centrale, craignant que de telles critiques ne se retournent contre eux. Les investisseurs pourraient, par exemple, se demander si la Fed se sent libre de continuer à relever ses taux si elle juge que cela est nécessaire pour contrôler l’inflation.

À l’inverse, certains craignent que la banque centrale ne décide d’augmenter les taux plus rapidement qu’elle ne le ferait autrement, afin de démontrer l’indépendance de sa politique.

Dès sa création, la Fed a été conçue pour l’isoler des pressions politiques. Un mandat complet au sein du conseil de la Fed, composé de sept membres, dure 14 ans — une longue période qui vise à libérer les responsables de la banque centrale de la crainte que leurs décisions en matière de taux d’intérêt ne puissent leur coûter leur emploi.