Les tensions commerciales nuisent aux investissements aux États-Unis

Dans la région de Kansas City, les industriels se montrent préoccupés par les taxes douanières imposées par la Maison-Blanche.
Photo: Charlie Riedel Associated Press Dans la région de Kansas City, les industriels se montrent préoccupés par les taxes douanières imposées par la Maison-Blanche.

Les conflits commerciaux déclenchés par le gouvernement Trump pèsent sur les investissements aux États-Unis, selon un rapport publié mercredi par la Banque centrale américaine, qui relève aussi un cruel manque de main-d’oeuvre dans la première économie mondiale.

« Les entreprises se montrent d’une manière générale optimistes, à court terme, sur les perspectives économiques, bien que la plupart des régions [aux États-Unis] relèvent l’inquiétude et les incertitudes liées aux tensions commerciales », peut-on lire dans le livre beige de la Réserve fédérale américaine (Fed) dévoilé mercredi. La Fed regroupe 12 banques régionales.

« Un certain nombre de régions observent que de telles inquiétudes ont poussé des entreprises à diminuer ou à reporter des projets d’investissements », lit-on aussi dans le document.

Globalement, l’activité de l’économie américaine a continué de croître à « un rythme modéré », souligne le rapport publié deux semaines avant la prochaine réunion monétaire de la Fed (25 et 26 septembre).

Mais la moitié des régions ont fait état d’un manque de main-d’oeuvre, obligeant là encore les entreprises à reporter un certain nombre de projets et à recourir à des mesures attractives pour embaucher de nouvelles personnes et fidéliser les anciennes recrues.

La Fed souligne ainsi que « les employeurs ont recours aux vacances, aux emplois du temps flexibles ou encore aux primes pour attirer ou retenir leurs employés ». Ces derniers bénéficient aussi de davantage de formations en continu.

Dans le détail, les régions de New York, de Philadelphie, d’Atlanta, de Saint Louis et de San Francisco sont concernées par un marché du travail tendu. La région de Richmond a, elle, souligné les difficultés de trouver de « la main-d’oeuvre qualifiée ».

Sur le front du commerce, ce sont les industriels, notamment dans la région de Kansas City, qui se montrent les plus préoccupés par les taxes douanières imposées par la Maison-Blanche.

Ils notent que « les récents développements […] ont conduit à un accroissement des prix et à des projets d’investissements plus faibles ».

Certains industriels, à l’instar de ceux de la région de Saint Louis, ont reporté sur leurs clients les hausses de prix liées à l’imposition de nouvelles taxes douanières.

Protectionnisme américain

Le président américain, Donald Trump, a imposé des tarifs douaniers de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium. Il a aussi promulgué des taxes douanières supplémentaires de 25 % sur 50 milliards de marchandises en provenance de Chine et il pourrait à tout moment mettre en oeuvre des taxes de 25 % sur 200 milliards de dollars de biens chinois supplémentaires.

Les principaux partenaires commerciaux américains ont pris des représailles sur des biens industriels ou agricoles américains, en particulier la Chine, qui a frappé les biens américains à l’identique (25 % sur 50 milliards de dollars de marchandises).

Toujours dans la région de Saint Louis, « les agriculteurs continuent d’exprimer des inquiétudes sur les prix bas résultant du conflit entre la Chine et les États-Unis ».