La Banque du Canada maintient son taux d’intérêt à 1,5%

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a relevé le taux directeur à quatre reprises depuis la mi-2017.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a relevé le taux directeur à quatre reprises depuis la mi-2017.

La Banque du Canada a laissé son taux d’intérêt directeur inchangé mercredi, mais cela pourrait n’être qu’une courte pause dans sa marche progressive vers de plus hauts taux.

La banque centrale a maintenu son taux de référence à 1,5 %, mais de nombreux experts estiment qu’elle pourrait présenter une nouvelle augmentation dès le mois prochain. Dans un communiqué publié mercredi, la Banque du Canada a prévenu qu’il fallait s’attendre à de nouvelles hausses malgré l’incertitude persistante concernant l’Accord de libre-échange nord-américain et d’autres développements dans la politique commerciale, en raison des données encourageantes au chapitre des investissements des entreprises, des exportations et des preuves que les ménages s’ajustent aux coûts d’emprunt plus élevés.

« Les données récentes renforcent l’évaluation du conseil de direction, qui estime que des taux d’intérêt plus élevés seront justifiés pour assurer l’atteinte de la cible d’inflation », a affirmé la banque pour expliquer sa décision. « Nous continuerons d’adopter une approche graduelle, guidés par les nouvelles données. En particulier, la Banque du Canada continue de jauger la réaction de l’économie aux taux d’intérêt plus élevés. »

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a relevé le taux directeur à quatre reprises depuis la mi-2017. Sa plus récente augmentation, d’un quart de point, est survenue en juillet.

Un pic temporaire de l’inflation

Dans sa déclaration de mercredi, la Banque a également expliqué pourquoi elle ne s’appuierait pas sur une lecture récente de l’inflation indiquant qu’elle a atteint le sommet de sa fourchette privilégiée pour hausser les taux d’intérêt.

L’inflation inattendue de 3 % enregistrée en juillet n’était qu’un pic temporaire des données provoquées par les prix des billets d’avion et de l’essence, a souligné la Banque. Selon les prévisions, l’inflation devrait redescendre aux environs de 2 % au début de 2019.

L’inflation de base — qui exclut les composants dont les prix sont plus volatils, tels que l’essence — est restée fermement autour de 2 %, a ajouté la Banque.