L’ex-directeur général d’Enron sort de prison

Jeffrey Skilling en 2013
Photo: Melissa Phillip / Houston Chronicle / Associated Press Jeffrey Skilling en 2013

L’ancien p.-d.g. d’Enron, au coeur de l’un des plus grands scandales financiers des vingt dernières années, est un homme presque libre. Quelque dix-sept ans après la spectaculaire faillite du courtier en énergie Enron, Jeffrey Skilling vient de sortir de prison. Après douze ans de détention, il a été transféré dans un centre de réinsertion à Houston, au Texas.

L’ancien directeur général d’Enron avait été condamné initialement à 24 ans de prison à la suite de la faillite spectaculaire du courtier en énergie en 2001, dont le passif atteignait les 40 milliards $US, accumulés à coups de malversations comptables. Alors âgé de 52 ans, il a été jugé coupable en mai 2006 de fraude financière, de délit d’initié et de mensonges comptables pour avoir dissimulé la situation réelle d’Enron alors que le courtier en énergie était en train de s’effondrer.

Il était personnellement accusé d’avoir dissimulé les pertes de la huitième entreprise américaine et exagéré la valeur de l’action tout en vendant ses propres titres. La justice américaine l’a reconnu coupable de dix-neuf chefs d’inculpation.

Sa peine de prison a été ramenée en 2013 à quatorze ans à la suite d’un accord avec le parquet pour mettre fin aux recours engagés depuis des années, rappelle l’agence Reuters. Dans le cadre de cet accord, plus de 40 millions $US ont été prélevés sur sa fortune, gelée depuis sa condamnation en 2006, pour être distribués aux victimes de la faillite d’Enron.

Le fondateur d’Enron, Kenneth Lay, a lui aussi été condamné à la suite de la faillite de l’entreprise. Il est mort six semaines après la fin du procès, ce qui a amené la justice fédérale américaine à annuler sa condamnation.

L’ancien dirigeant était arrivé à la tête du courtier en énergie au début de l’année 2001. L’entreprise, qui avait employé jusqu’à 21 000 personnes, avait fait faillite quelques mois plus tard à cause de malversations comptables et ruiné ses actionnaires.

L’affaire a entraîné le licenciement de milliers de personnes et amputé de plusieurs milliards de dollars l’épargne retraite des employés du groupe. Arthur Andersen, le cabinet d’audit chargé de l’examen de la comptabilité d’Enron, à qui la faillite de l’entreprise s’était révélée fatale, avait vu sa condamnation pour destruction de documents cassée en 2005 par la Cour suprême, entraînant un abandon des poursuites par le parquet. Mais sa condamnation en 2002 pour obstruction à la justice avait précipité la chute de la cinquième société d’audit mondiale.

L’affaire Enron est l’un des symboles des procès pour fraudes intentés à la moitié des années 2000 contre des « patrons voyous » aux États-Unis, peut-on lire dans Le Figaro. Les dirigeants de l’opérateur de télécommunications WorldCom, du câblo-opérateur Adelphia Communications ou du conglomérat Tyco avaient ainsi été condamnés à de très lourdes peines.

Chronologie de l'affaire Enron

2001

- 16 octobre: Enron annonce une perte trimestrielle de 618 millions de dollars en raison de charges exceptionnelles d'un milliard de dollars.

- 22 octobre: le gendarme de la Bourse américaine (SEC) ouvre une enquête sur les partenariats et sociétés d'investissements dirigés par le directeur financier d'Enron, Andrew Fastow.

- 25 octobre: Fastow est licencié et le groupe révise la valeur de ses avoirs en baisse de 1,2 milliard de dollars.

- 9 novembre: Dynegy, rival d'Enron, accepte de le racheter pour 9,5 milliards de dollars, soit un dixième de la valeur du groupe lorsqu'il était à son zénith. Le 28, Dynegy annule ce projet. L'action Enron chute de 98 %.

- 2 décembre: Enron se place sous la protection de la loi sur les faillites (Chapitre 11), devenant alors la plus grosse faillite de l'histoire des États-Unis.

2002

- 10 janvier: Enquête du ministère de la Justice sur Enron. La société d'audit comptable Arthur Andersen admet avoir détruit des documents d'Enron.

- 22 janvier: perquisition du FBI au siège d'Enron.

- 23 janvier: le p.-d.g. Kenneth Lay démissionne mais reste membre du conseil d'administration. Il en démissionne le 4 février.

- 7 février: Andrew Fastow et l'ex-p.-d.g. Jeffrey Skilling refusent de répondre à une commission d'enquête parlementaire sur la faillite du groupe.

- 12 février: Kenneth Lay refuse aussi de témoigner devant les sénateurs, en citant le droit de ne pas s'auto-incriminer, garanti par la Constitution.

- 14 mars: la société Arthur Andersen est inculpée pour destruction de documents et courriels pour le compte de son client Enron.

- 15 juin: condamnation d'Arthur Andersen pour obstruction de la justice, précipitant la chute de la cinquième plus grosse société d'audit mondiale.

- 30 juillet: signature par le président George W. Bush de la loi Sarbanes-Oxley, réformant les règles comptables des entreprises.

- 28 août: un juge du tribunal des faillites approuve le versement de 13 500 $US à chacun des plus de 4000 employés d'Enron ayant perdu leur emploi.

- 2 octobre: arrestation d'Andrew Fastow, soupçonné de fraude et blanchiment. Le 31 octobre, il est inculpé de ces chefs d'accusation.

2003

- 1er mai: la femme d'Andrew Fastow, Lea, ex-trésorière adjointe d'Enron, est à son tour inculpée pour complot en vue de commettre une fraude financière et de blanchiment d'argent.

- 11 juillet: Enron présente un plan pour sortir de la faillite, promettant aux créanciers du liquide et des parts dans l'entreprise.

- 10 septembre: premier dirigeant d'Enron à être condamné à la prison, l'ex-trésorier Ben Glisan est condamné à cinq ans de détention après avoir plaidé coupable de fraude.

2004

- 14 janvier: Andrew Fastow plaide coupable de complot et fraude dans le cadre d'un accord avec la Justice qui l'envoie 10 ans en prison à condition qu'il coopère pour la suite de l'enquête. Son épouse conclut un accord distinct et est condamnée à un an.

- 19 février: Jeffrey Skilling est inculpé d'une trentaine de chefs d'accusation de fraude et délits d'initié. Il se rend au FBI. Certaines de ces accusations seront ensuite abandonnées.

- 7 juillet: inculpation de Kenneth Lay.

2005

- 31 mai: la Cour suprême des États-Unis invalide la condamnation d'Arthur Andersen pour vice de forme.

- 28 décembre: Richard Causey, ex-chef comptable d'Enron, plaide coupable et accepte de coopérer avec les procureurs contre Lay et Skilling.

2006

- 30 janvier: ouverture du procès de Kenneth Lay et Jeffrey Skilling.

- 25 mai: Lay et Skilling sont reconnus coupables de complot et de fraude.

- 5 juillet: annonce du décès de Kenneth Lay.