L’économie canadienne a accéléré

Selon Statistique Canada, la forte accélération de la croissance était principalement attribuable à la hausse des exportations, qui ont progressé de 2,9 % au cours du trimestre.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Selon Statistique Canada, la forte accélération de la croissance était principalement attribuable à la hausse des exportations, qui ont progressé de 2,9 % au cours du trimestre.

Une hausse des exportations d’énergie, d’aéronefs et de produits pharmaceutiques a propulsé l’économie canadienne au deuxième trimestre, a indiqué jeudi Statistique Canada.

L’économie a crû au rythme annualisé de 2,9 % entre le 1er avril et le 30 juin, après avoir affiché une progression annualisée de 1,4 % pendant les trois premiers mois de 2018, a indiqué l’agence fédérale. Les économistes s’attendaient à une croissance annualisée de 3 % pour le deuxième trimestre, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

Royce Mendes, économiste principal de la Banque CIBC, a souligné que l’économie avait pris de la vitesse au deuxième trimestre, mais qu’elle n’avait pas d’élan particulièrement marqué en vue du troisième trimestre. « L’accélération de la croissance ne devrait pas se poursuivre dans la deuxième moitié de l’année », a-t-il affirmé.

M. Mendes s’attendait à ce que la Banque du Canada maintienne son taux d’intérêt directeur lors de sa prochaine annonce à ce sujet, la semaine prochaine, estimant qu’une hausse était plus probable lors de la décision suivante, en octobre. La banque centrale a augmenté son taux directeur en juillet pour le fixer à 1,5 %. « Si une entente sur l’ALENA se concrétise, ou si au moins les négociations progressent de manière positive, il semble toujours que l’économie justifiera une nouvelle hausse des taux en octobre », a estimé M. Mendes.

Selon Statistique Canada, la forte accélération de la croissance était principalement attribuable à la hausse des exportations, qui ont progressé de 2,9 % au cours du trimestre. Il s’agit du taux de croissance le plus élevé pour cette catégorie en quatre ans, ce qui était notamment attribuable à une augmentation de 5,6 % des exportations de produits énergétiques.

Les exportations de biens ont augmenté de 6,3 % au deuxième trimestre, stimulées en particulier par les produits pharmaceutiques, tandis que les exportations d’aéronefs, de pièces et de moteurs d’avions ont augmenté de 13,4 %. Les exportations de services ont diminué de 0,2 %.

Les importations, quant à elles, ont augmenté de 1,6 %, soit plus que leur croissance de 1 % du premier trimestre. Statistique Canada a attribué une grande partie de cette croissance à la hausse des importations de produits du pétrole raffiné pour contrebalancer la fermeture prévue de quatre raffineries canadiennes en avril et en mai.