La CIBC s’attend à rester partenaire d’Aéroplan si sa vente se concrétise

L’institution financière a affiché un profit net de 1,37 milliard, ou 3,01 $ par action, pour la période de trois mois terminée le 31 juillet.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne L’institution financière a affiché un profit net de 1,37 milliard, ou 3,01 $ par action, pour la période de trois mois terminée le 31 juillet.

La Banque CIBC s’attend à demeurer partenaire d’Aéroplan après 2020 même si la croissance de son propre programme de fidélisation, Aventura, va bon train, a affirmé jeudi le chef de la direction de l’institution financière, Victor Dodig.

Le prêteur torontois fait partie du consortium mené par Air Canada ayant conclu une entente cette semaine concernant l’acquisition d’Aéroplan des mains d’Aimia pour 450 millions en espèces en plus de prendre en charge le passif des milles non échangés, ce qui est évalué à environ 1,9 milliard.

De nombreuses questions entouraient Aéroplan depuis l’an dernier, quand le plus important transporteur aérien au pays avait annoncé son intention de ne pas renouveler son partenariat avec Aimia afin de mettre en avant son propre programme de fidélisation en juillet 2020.

Interrogé par un analyste financier quant à la possibilité que la CIBC demeure un partenaire d’Aéroplan après 2020, M. Dodig a répondu « absolument ». « Au bout du compte, nos clients détiennent beaucoup de ces points », a-t-il répondu.

M. Dodig a livré ces commentaires dans le cadre d’une conférence téléphonique visant à commenter les résultats du troisième trimestre de la CIBC, qui a affiché une croissance de son profit par rapport à la même période il y a un an en plus de relever son dividende trimestriel de 3 ¢, à 1,36 $ par action.

L’institution financière a affiché un profit net de 1,37 milliard, ou 3,01 $ par action, pour la période de trois mois terminée le 31 juillet. À la même période en 2017, son résultat net avait été de 1,1 milliard, ou 2,60 $ par action.

Abstraction faite des éléments non récurrents, le bénéfice ajusté par action a été de 3,08 $, comparativement à 2,77 $ lors du troisième trimestre de l’exercice précédent.

Cette performance a surpassé les attentes des analystes sondés par Thomson Reuters Eikon, qui anticipaient un bénéfice ajusté par action de 2,94 $.

M. Dodig a estimé que les efforts déployés par la CIBC visant à améliorer son service à la clientèle ont eu une incidence positive sur le cours de l’action, la croissance ainsi que la diversification des profits.

« Cela concerne également la transaction avec Aimia et le consortium », a-t-il ajouté.

Ex-partenaire majeur

La CIBC était le principal partenaire de carte de crédit d’Aéroplan jusqu’en 2013, lorsque la Banque TD a pris en charge environ la moitié du portefeuille du programme. La CIBC a créé Aventura à l’époque, mais a retenu environ la moitié de ses clients Aéroplan.

Il reste des détails à régler entre les membres du consortium, notamment la Banque TD et Visa Canada, mais M. Dodig a déclaré que la CIBC était à l’aise avec les aspects économiques de l’accord et qu’elle estimait que l’impact sur le capital était « gérable ».

Le grand patron de la CIBC a estimé que la banque avait livré une solide performance dans l’ensemble de ses secteurs d’activité au troisième trimestre.

Les services bancaires destinés aux particuliers et aux petites et moyennes entreprises a affiché un résultat net de 639 millions, en hausse de 14 % par rapport au troisième trimestre l’an dernier. Du côté de la gestion des avoirs et des services aux entreprises, le résultat net a été de 350 millions, en hausse de 20 % sur un an.

Du côté des activités américaines, la gestion des avoirs et les services aux entreprises ont généré des bénéfices de 162 millions, par rapport à 121 millions au troisième trimestre en 2017, notamment grâce à l’acquisition de PrivateBancorp.

Pour sa part, le secteur marché des capitaux a généré un résultat net trimestriel de 265 millions, en hausse de 5 % par rapport à il y a un an.