Deuxième journée de grève à la SAQ

Les travailleurs syndiqués de la SAQ avaient débrayé une première fois, le 17 juillet dernier.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir Les travailleurs syndiqués de la SAQ avaient débrayé une première fois, le 17 juillet dernier.

Des travailleurs syndiqués de la Société des alcools du Québec débraieront pour une deuxième journée, mercredi.

Ils avaient débrayé une première fois, le 17 juillet dernier, pour accroître la pression sur leur employeur. Ils s’étaient dotés d’un mandat de six journées de grève, à être utilisées au moment jugé opportun.

Le débrayage concerne les quelque 5500 membres du Syndicat des employés de magasins et de bureaux, affilié à la CSN.

Le principal point en litige porte sur le travail lors des journées de week-end — la période de la semaine la plus achalandée.

« L’employeur, lui, ce qu’il voulait, c’était de modifier les horaires des réguliers pour les amener à travailler les deux jours de fins de semaine. Et on a 58 % de nos réguliers qui travaillent déjà au moins une journée de fin de semaine », a protesté Katia Lelièvre, présidente du syndicat, au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne.

« On aimerait ça avoir des clauses qui favorisent la conciliation travail-famille », a-t-elle ajouté.

Du côté salarial, un caissier-vendeur touche au maximum de son échelle 24,81 $ l’heure. Un employé à temps partiel touche 19,33 $, a précisé Mme Lelièvre. « Mais le gros de notre problème n’est pas nécessairement le salaire. On n’en a pas discuté encore. »

Les négociations se poursuivent

Les négociations ne sont pas rompues ; elles se poursuivront d’ailleurs jeudi et vendredi.

Du côté de la direction de la Société des alcools, on garde espoir de s’entendre avec ces syndiqués. La SAQ s’est déjà entendue avec les 850 syndiqués de ses centres de distribution, qui sont plutôt syndiqués à la FTQ, par le biais du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). La convention collective a été renouvelée pour cinq ans, soit de 2016 à 2020, et sans grève.

« On souhaite en arriver à une entente le plus rapidement possible avec le syndicat. On travaille dans ce sens-là », a commenté Mathieu Gaudreault, responsable des relations de presse à la SAQ.

« Nos efforts sont mis pour minimiser les impacts que cette journée-là peut avoir sur notre clientèle. Donc, [mercredi] matin, on va inviter la clientèle à aller sur saq.com pour savoir quelles sont les succursales qui seront ouvertes, opérées par la direction », a ajouté M. Gaudreault.

Des manifestations prévues

Les grévistes profiteront du déclenchement imminent de la campagne électorale pour manifester devant des bureaux de ministres à Montréal, ainsi qu’à l’Assemblée nationale.

Ainsi, à Montréal, ils manifesteront devant les bureaux des ministres des Finances et du Conseil du trésor, avant de converger vers les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville, sur l’heure du midi.

À Québec, ils manifesteront devant l’Assemblée nationale. D’autres manifestations ou du piquetage sont prévus dans les autres régions, devant les bureaux de députés ou ministres ou les succursales de la SAQ.

« L’objectif de la journée de demain, c’est d’interpeller le gouvernement, parce que c’est lui notre vrai boss, dans le fond. On parle avec la SAQ, mais la SAQ va chercher ses mandats au Conseil du trésor », a soutenu Mme Lelièvre.