Les tarifs américains ont un effet sur le terrain, dit Leitão

M. Leitão a indiqué que les entreprises du secteur manufacturier qui vendent ou achètent de l’acier ou de l’aluminium subissent des impacts négatifs.
Photo: Justin Sullivan Getty Images / Agence France-Presse M. Leitão a indiqué que les entreprises du secteur manufacturier qui vendent ou achètent de l’acier ou de l’aluminium subissent des impacts négatifs.

Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, affirme que les mesures protectionnistes du gouvernement Trump se font déjà sentir sur le terrain.

Interrogé en marge d’une activité partisane, mardi à Montréal, M. Leitão a indiqué que les entreprises du secteur manufacturier qui vendent ou achètent de l’acier ou de l’aluminium, deux produits qui ont été frappés, respectivement, de tarifs punitifs de 25 % et de 10 % par le gouvernement Trump, subissent des impacts négatifs.

De plus, M. Leitão s’inquiète d’un ralentissement des investissements privés au Québec. Selon le ministre des Finances, « beaucoup d’entreprises préfèrent attendre et remettre à plus tard leurs investissements », puisque ceux-ci sont conditionnels à un accès au marché américain.

Or, les déclarations et les gestes du président américain sèment l’incertitude autour de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui représentait jusqu’ici une garantie d’accès au marché de notre voisin du sud.

Cependant, bien qu’il reconnaisse que les tarifs sont une forme d’intimidation en vue d’obtenir des concessions dans la renégociation de l’ALENA, Carlos Leitão dit ne pas être inquiet pour la gestion de l’offre, car celle-ci n’est pas le principal objectif dans la mire des Américains, selon lui, et ce, même si Donald Trump lui-même s’est plaint publiquement à quelques reprises au sujet de la question agricole canadienne.

« Je ne pense pas que la gestion de l’offre soit si importante que ça. C’est vraiment dans l’automobile qu’ils veulent faire des changements majeurs », a-t-il dit, s’appuyant notamment sur le fait que cette question est au coeur des discussions bilatérales présentement en cours entre les États-Unis et le Mexique.

Quoi qu’il en soit, il affirme avec force qu’il n’est « pas question de changer quoi que ce soit » du côté de la gestion de l’offre, qui « n’est pas négociable », dit-il.

Avertissement sur les taux d’intérêt

Dans un autre dossier, le ministre des Finances affirme que son gouvernement a pris les mesures nécessaires pour faire face à une augmentation des taux d’intérêt, mais il ne cache pas une certaine inquiétude pour les consommateurs endettés.

La Banque du Canada a récemment réitéré son intention d’augmenter son taux directeur afin de contrer les pressions inflationnistes, qui se font plus insistantes depuis quelques mois.

M. Leitão a indiqué que Québec a modifié son profil de dette afin, justement, d’affronter une éventuelle hausse en négociant des échéances plus longues pour ne pas être étranglé par un bond des paiements d’intérêts.

Il a toutefois demandé aux citoyens de se préparer eux aussi à une telle éventualité.

Il souligne que les taux très faibles qui ont cours depuis la crise de 2008-2009 sont une anomalie en voie de se corriger, ce qui signifie « un changement structurel important » auquel « tout le monde » devra faire face.

Malgré tout, Carlos Leitão prévoit que l’augmentation des taux d’intérêt sera graduelle et mesurée.