Les algorithmes comme outil de cuisine

L’accès à Glouton.ca est gratuit, un aspect «très important» pour son créateur, Jean-François Gagné Bérubé.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir L’accès à Glouton.ca est gratuit, un aspect «très important» pour son créateur, Jean-François Gagné Bérubé.

Vous cherchez une recette de sauce à spaghetti ? Ricardo a ce qu’il vous faut. Une idée pour le déjeuner familial du lendemain ? Trois fois par jour figure sans doute dans les premiers résultats de votre moteur de recherche préféré. Jean-François Gagné Bérubé, lui, a voulu ouvrir ses horizons culinaires et en faire profiter les Québécois en créant Glouton.ca, un annuaire de recettes sophistiqué permettant de mieux consommer et d’économiser, tout en réduisant le gaspillage alimentaire.

La petite histoire de la plateforme débute en septembre 2017 lorsque Jean-François, un informaticien passionné de cuisine, constate l’omniprésence d’une poignée de sites de recettes québécois. « J’ai d’abord voulu créer un annuaire de recettes simples, dans lequel je pourrais trouver celles dont j’ai de besoin, par ingrédient, indépendamment du classement de Google. »

En seulement quelques semaines, il profite de ses temps libres pour créer le moteur de recherche qu’il a en tête et le met en ligne en novembre. Glouton.ca est né.

Le jeune entrepreneur ne veut cependant pas en rester là. « Ma grande idée, dès le début, c’était de lier mon annuaire aux rabais des circulaires, parce que je me suis dit que ça susciterait un intérêt plus grand, raconte-t-il, attablé au milieu de sa cuisine. Quand on se met à parler au portefeuille des gens, je pense que c’est à ce moment-là que ça peut vraiment fonctionner. »

En juin, il se met à travailler à temps plein sur le projet et le mois suivant, il lance l’« économiseur », un module qui constitue aujourd’hui la pierre angulaire de sa compagnie.

 Maximiser les données 

Cette nouvelle fonctionnalité permet de trouver les recettes les plus avantageuses de la semaine, en fonction du lieu de résidence et des préférences ou des restrictions alimentaires. L’utilisateur inscrit son code postal, sélectionne les épiceries qu’il fréquente le plus souvent et voit ensuite apparaître les recettes qui combinent le plus grand nombre d’ingrédients en rabais près de chez lui. Il peut par exemple se faire conseiller d’essayer la recette de chili végétarien de di Stasio parce que les tomates, les avocats et les haricots sont en rabais ce jour-là à l’épicerie du coin.

Le moteur de recherche effectue sa sélection parmi une liste de près de 15 000 recettes provenant d’une quinzaine de sites (y compris ceux de Ricardo et de Trois fois par jour) et la « qualité » de chaque promotion est évaluée en fonction du prix, de la saisonnalité et de la rareté du rabais. Jean-François estime qu’une famille de quatre personnes peut économiser plus de 100 $ par mois en utilisant cet outil.

« Dans l’alimentation, il y a beaucoup d’entreprises et beaucoup de projets, mais il n’y a pas beaucoup d’outils qui font le lien entre tout ça, explique l’entrepreneur de 29 ans. Le but, c’est de maximiser le potentiel des données. »

Glouton.ca vire en quelque sorte votre frigo dans tous les sens : en plus de l’annuaire de recettes et de l’« économiseur », Jean-François a développé des algorithmes qui permettent de consulter les différents rabais de la semaine directement sur le site, ou encore de trouver des recettes à partir des ingrédients qu’on a sous la main.

Une manière pour lui de lutter, à sa façon, contre le gaspillage alimentaire. « Si l’outil est adopté à la grandeur du Québec, je pense que ça peut avoir un réel impact », dit-il.

La mission avant les revenus

L’accès à Glouton.ca est gratuit. L’entreprise se finance pour l’instant grâce à la publicité et à la contribution des abonnés qui acceptent de payer quelques dollars par mois pour avoir accès à toutes les fonctionnalités.

« C’est très important pour moi qu’il y ait une version gratuite en tout temps qui soit suffisante pour que la plupart des gens puissent l’utiliser, insiste Jean-François. Je trouverais ça ironique de développer un outil payant, alors que les gens qui sont à faibles revenus sont ceux qui peuvent en bénéficier le plus. »

Après avoir mené sa barque en solitaire depuis le début, il compte s’entourer de partenaires qui ont des expertises complémentaires en vente, en marketing ou en gestion pour amener son entreprise à un autre niveau et percer le marché du Canada anglais ou de l’Europe francophone.

Pour atteindre la rentabilité, il pourrait conclure des partenariats avec de grandes chaînes d’alimentation qui voudraient créer un lien entre sa plateforme et leur site d’épicerie en ligne, mais pas question de monétiser les résultats de son moteur de recherche. « L’algorithme, c’est très important pour moi qu’il demeure impartial. »

Pour Jean-François, Glouton.ca est une entreprise, mais pas une start-up en quête de croissance exponentielle. Il serait surtout heureux de pouvoir vivre de son projet à long terme, trouvant davantage de satisfaction dans la poursuite d’une mission que dans l’accumulation de revenus.

« Par conviction profonde, j’espère avoir un impact sur la manière dont les gens consomment. »