Les mises en chantier ralentissent

La société de la Couronne a précisé que le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier avait reculé à 206 314 unités en juillet, comparativement à 246 200 unités en juin.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne La société de la Couronne a précisé que le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier avait reculé à 206 314 unités en juillet, comparativement à 246 200 unités en juin.

La cadence des mises en chantier d’habitation a ralenti en juillet, après avoir atteint un sommet record le mois précédent, a indiqué jeudi la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

La société de la Couronne a précisé que le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier avait reculé à 206 314 unités en juillet, comparativement à 246 200 unités en juin.

Les projets de logements multiples dans les centres urbains, comme les copropriétés et les appartements, ont diminué de 20,3 % de juin à juillet, pour s’établir à 136 231 unités, alors que les mises en chantier de maisons individuelles ont diminué de 3,6 % à 53 862 unités d’un mois à l’autre. Les mises en chantier dans les régions rurales ont été estimées à un taux annualisé et désaisonnalisé de 16 221 unités en juillet.

La SCHL a noté que la tendance sur six mois pour les mises en chantier était demeurée bien au-dessus des moyennes historiques en raison des niveaux élevés de mises en chantier de logements collectifs dans la plupart des grands marchés.

Parlant d’un retour sur terre, l’analyste Jocelyn Paquet, de la Banque Nationale, ajoute que, selon les données trimestrielles, les mises en chantier résidentielles devraient se contracter de 21,8 % en rythme annualisé au troisième trimestre, et ce, après deux replis consécutifs au premier et au deuxième. Il cite les données de Statistique Canada publiées mercredi indiquant que les permis délivrés dans le secteur résidentiel ont reculé de 10,8 % en juin et de 5,1 % sur douze mois.

Avec Le Devoir