Les émetteurs de cartes de crédit réduisent les frais aux marchands

Ottawa a conclu des ententes volontaires de cinq ans avec Visa, MasterCard et American Express.
Photo: Martin Meissner Associated Press Ottawa a conclu des ententes volontaires de cinq ans avec Visa, MasterCard et American Express.

Le gouvernement fédéral a annoncé jeudi que les sociétés émettrices de cartes de crédit avaient accepté de réduire les frais facturés aux entreprises du pays de 10 points de base.

Ottawa a conclu des ententes volontaires de cinq ans avec Visa, MasterCard et American Express, qui devraient aider les petites et moyennes entreprises à économiser au total 250 millions par an.

À partir de 2020, Visa et MasterCard réduiront les frais de gestion des entreprises à un taux effectif annuel moyen de 1,4 % — contre 1,5 % actuellement — et réduiront l’écart entre les taux les plus élevés et les plus bas imposés aux détaillants. American Express a accepté de fournir plus d’équité et de transparence dans le cadre d’un engagement volontaire distinct qui reconnaît son modèle d’entreprise unique.

Mais un porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) s’est dit « déçu » par l’ampleur du changement attendu, car cela représenterait une économie de 100 $ pour les entreprises pour chaque tranche de 100 000 $ de ventes réglées par carte de crédit. « C’est bon en partie, dans le sens où c’est un pas dans la bonne direction », a estimé le vice-président des affaires publiques du CCCD, Karl Littler. « Nous voyons cela comme un petit pas par rapport à ce qui aurait pu être fait. » M. Littler a noté qu’il existait des taux d’interchange beaucoup plus bas dans de nombreuses autres juridictions du monde.

Les changements ont été dévoilés dans une épicerie d’Ottawa par le ministre des Finances, Bill Morneau, et la nouvelle ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Mary Ng.

Le gouvernement calcule que les réductions pourraient aider les petites entreprises à économiser des milliers de dollars sur cinq ans — le gouvernement espérait que les fonds supplémentaires encourageraient les propriétaires à investir, à prendre de l’expansion et à créer des emplois.

Ottawa croit que les plus faibles taux d’interchange permettront aux petites entreprises d’éviter un désavantage concurrentiel important par rapport aux grandes entreprises.