Forte croissance du PIB canadien en mai

La Banque du Canada prévoit une croissance du PIB de 2,8% au deuxième trimestre clos le 30 juin, soit un peu moins que les prévisions des analystes de 3%.
Photo: Jarvis Baker Getty Images La Banque du Canada prévoit une croissance du PIB de 2,8% au deuxième trimestre clos le 30 juin, soit un peu moins que les prévisions des analystes de 3%.

La croissance plus forte que prévu de l’économie canadienne en mai laisse présager une autre hausse des taux d’intérêt cet automne, mais les économistes ne pensent pas que cela se produira à la prochaine annonce des taux de la Banque du Canada en septembre.

Mardi, Statistique Canada a déclaré que l’économie canadienne avait progressé de 0,5 % en mai grâce aux solides performances des secteurs nationaux et des secteurs axés sur l’exportation. Les analystes s’étaient attendus à une croissance moindre, à 0,3 %.

Josh Nye, économiste principal chez Recherche économique RBC, a souligné qu’il s’agit de l’avancée la plus largement répandue en plus de dix ans étant donné les gains dans l’activité d’un mois à l’autre dans 19 des 20 industries. « Les chiffres solides de la croissance ne font qu’améliorer notre confiance que le taux de financement à un jour devrait encore augmenter cette année », a-t-il dit. Il a aussi dit croire que la Banque du Canada attendra jusqu’en octobre pour hausser les taux.

La banque centrale a relevé les taux d’intérêt pour la quatrième fois en un an en juillet et a indiqué que d’autres hausses sont à prévoir, la croissance économique augmentant le risque d’une accélération de l’inflation. La Banque du Canada prévoit une croissance du PIB de 2,8 % au deuxième trimestre clos le 30 juin, soit un peu moins que les prévisions des analystes de 3 %.

L’économiste en chef des Marchés des capitaux CIBC, Avery Shenfeld, a dit s’attendre à une hausse des taux en octobre, mais il a ajouté que la banque centrale devrait maintenir les taux à leurs niveaux ensuite jusqu’en 2019. « Même avec un mois de juin inchangé, nous tablons sur une croissance de 3 % au deuxième trimestre, mais rappelons-nous que les trois trimestres précédents n’avaient été qu’en moyenne à 1,5 %. Ainsi, la tendance sous-jacente n’est pas très supérieure au taux de croissance de 1,9 % que la Banque du Canada voit comme durable sans pressions d’inflation. »