Nouvel effort d’Utica pour acquérir Junex

Un puits de forage de gaz de schiste de Junex.
Photo: Junex Un puits de forage de gaz de schiste de Junex.

La bataille pour Junex s’élève à nouveau d’un cran : Utica Resources a bonifié son offre d’achat de la société pétrolière et gazière lundi afin d’augmenter ses chances de bloquer la route à l’entreprise albertaine Cuda.

Basée à Québec et appuyée par des partenaires financiers européens, Utica offre maintenant 45 cents pour chaque action de Junex, soit environ 40 millions de dollars, de même qu’une redevance sur la production liée au projet pétrolier Galt, à l’ouest de Gaspé.

En publiant son offre bonifiée, le président d’Utica a réitéré que Junex fait fausse route en acceptant de se faire avaler par Cuda, car le Québec en sortira perdant. Les actionnaires de Junex auront à se prononcer le 2 août lors d’une assemblée.

« Si les gens votent oui à ça, ils doivent savoir dans quoi ils s’embarquent. La direction s’en va, les capitaux investis dans Junex partent aussi, pour développer le Wyoming et l’Ouest canadien », a dit en entrevue le président d’Utica, Mario Lévesque, qui siège aussi au conseil d’administration de l’Association pétrolière et gazière du Québec.

« On veut poursuivre le projet Galt. On pense que c’est un projet porteur. Il s’agit surtout aussi de continuer à développer avec l’équipe technique en place. […] On veut vraiment participer à la création de cette filière au Québec, en maintenant la direction au Québec », a ajouté M. Lévesque.

L’entente entre Junex et Cuda, une société de Calgary, a été annoncée le 11 juin. La direction de la nouvelle entité sera très majoritairement celle de Cuda. Le conseil d’administration de l’entreprise sera composé de cinq représentants de Cuda et de deux de Junex. La transaction entre les deux, qui comprend aussi l’acquisition d’un gisement pétrolier au Wyoming, est un échange d’actions.

« Junex, je les connais depuis 20 ans. La transaction qu’ils ont proposée, avec la dilution que ça apporte pour le Québec et avec la perte d’un siège social, encore, ce n’était pas vraiment acceptable pour moi, avec tout l’argent qui a été investi là-dedans », a dit M. Lévesque. « On a fondé Utica Resources dans le but d’avoir une entreprise vraiment concentrée sur le Québec. […] Je suis persuadé de leur potentiel, et du développement de cette expertise-là et de cette filière au Québec. »

Utica estime qu’en plus des 45 cents pour chaque action de Junex, la composante liée à une redevance sur Galt vaut 10 cents par action. Cette estimation s’appuie sur les calculs de Desjardins Marché des capitaux, a indiqué l’entreprise.

Le cours de l’action de Junex a terminé la séance de lundi à 49 cents, en hausse de 9 %.

Junex analyse

Un appel au siège social de Junex est demeuré sans réponse, mais la compagnie a publié un communiqué pour dire qu’elle étudierait la proposition d’Utica afin de déterminer si elle est supérieure. Cependant, la compagnie a affirmé que l’offre de lundi ne comporte aucune prime, ou très peu, par rapport au cours de l’action de Junex à certaines dates clés des six dernières semaines.

Si Junex estimait en effet que la plus récente proposition d’Utica est supérieure à celle de Cuda, la société albertaine aurait alors sept jours ouvrables pour modifier la sienne. Le plus gros actionnaire de Junex est Ressources Québec, une filiale d’Investissement Québec, dont la participation est de près de 15 %.

Selon le registre des entreprises, le premier actionnaire d’Utica s’appelle Eutica Holdings, de Vienne. Son deuxième est Mario Lévesque.

Utica a déjà indiqué qu’elle compte comme partenaire financier la firme Lansdowne Investment Company Cyprus Limited. Celle-ci détient déjà 8,75 millions d’actions de Junex sur 88,6 millions d’actions en circulation.

« On a fondé Utica avec des gens que je connaissais à l’international, et en rencontrant les gens de Landsdowne, ils ont décidé d’embarquer avec nous car ils voyaient le potentiel au Québec », a dit M. Lévesque.