Le p.-d.g. de Sears Canada continuera à présider le conseil

Toronto — Les actionnaires de Sears Canada ont rejeté hier une proposition pour que soient scindés les postes de chef de la direction et de président du conseil, se rendant ainsi aux arguments de l'actuel titulaire des deux postes, Mark Cohen, qui s'opposait à cette proposition.

«L'efficacité et l'indépendance d'un conseil d'administration ne devraient pas être mesurées par sa structure, mais plutôt par ses actions ainsi que par la qualité des membres qui le composent», a déclaré M. Cohen à l'occasion de l'assemblée annuelle des actionnaires.

M. Cohen est le seul membre de la haute direction de Sears Canada à siéger à son conseil d'administration, qui compte 10 membres.

La proposition de scinder les postes de p.-d.g. et de président du conseil a été présentée par le fonds Real Assets Investment Management, de Vancouver. Son porte-parole, John Kay, a fait valoir que 23 entreprises canadiennes inscrites en Bourse ont adopté une telle mesure en 2003, sous la pression des actionnaires qui se préoccupent de plus en plus des questions de bonne gouvernance.

«Notre entreprise est l'une des dernières grandes sociétés canadiennes inscrites en Bourse à permettre qu'une même personne cumule les fonctions de président du conseil et de chef de la direction», a dit M. Kay. Sa proposition a toutefois été rejetée lors du vote des actionnaires, dans une proportion de 89,2 % contre et 10,8 % en faveur.

Stratégie de retrait

M. Cohen a également défendu hier sa stratégie de se retirer en partie des secteurs de l'entretien automobile ainsi que de la vente d'articles de quincaillerie. «Nous laissons à Canadian Tire l'entretien automobile et à Home Depot la vente d'échelles», a déclaré M. Cohen en réponse à une question d'un actionnaire.

Le mois dernier, Sears Canada annonçait son retrait du secteur de l'entretien des véhicules automobiles en cédant à trois entreprises 36 de ses 49 centres pour l'auto à travers le pays. Les 13 autres centres seront fermés ou transformés pour être utilisés à d'autres fins.

Sears Canada a bénéficié au cours des derniers mois d'une croissance de ses ventes de vêtements, de meubles, de matelas ainsi que d'appareils électroménagers. La semaine dernière, l'entreprise faisait part d'une augmentation de 60 % de ses profits pour le premier trimestre ainsi que d'une hausse de 8,1 % des ventes de ses magasins ouverts depuis plus d'un an.

M. Cohen a tenté de rassurer les actionnaires qui s'inquiètent de la faiblesse du cours de l'action. Le titre se transigeait à 17,97 $ à la clôture de la Bourse de Toronto hier, en hausse de 14 ¢, alors qu'il valait plus de 40 $ en 2000.

M. Cohen est en poste depuis trois ans. «Nous attendons avec impatience de voir si la récente amélioration de notre performance se traduira par une forte appréciation de la valeur de notre action, a dit le p.-d.g. Nous sommes conscients qu'il nous faudra maintenir cette performance pendant un certain temps avant d'obtenir de la reconnaissance, mais nous sommes confiants d'y parvenir.»

D'autre part, M. Cohen a démenti les rumeurs qui veulent que le groupe américain Sears, Roebuck, qui détient déjà une participation de 54 % dans Sears Canada, ait l'intention de racheter toutes les actions qu'il ne détient pas. «Nous entrons dans notre 51e année avec un actionnaire majoritaire dont la position semble être la même qu'il y a 50 ans, c'est-à-dire celle d'un actionnaire majoritaire», a déclaré le p.-d.g., tout en précisant qu'il ne pouvait se prononcer pour l'avenir.