Les États-Unis et la Chine, des partenaires commerciaux interdépendants

Le développement des relations commerciales avec la Chine s’est traduit par un creusement du déficit commercial des États-Unis.
Photo: Agence France-Presse Le développement des relations commerciales avec la Chine s’est traduit par un creusement du déficit commercial des États-Unis.

Les États-Unis et la Chine sont aujourd’hui des partenaires étroitement liés sur le plan économique et financier malgré les grandes différences entre leurs systèmes économiques respectifs.

En 2017, les États-Unis ont exporté pour 130,4 milliards de dollars de marchandises vers la Chine. Ils ont importé dans le même temps 505,6 milliards de biens chinois, selon les statistiques du département du Commerce. Dans les exportations américaines à destination du géant asiatique figurent des avions civils Boeing et des équipements aéronautiques pour plus de 16,3 milliards de dollars, du soja représentant plus de 12,4 milliards, des voitures neuves ou d’occasion (10,5 milliards) ou encore des microprocesseurs (6,1 milliards).

 
130,4
La valeur, en milliards, des exportations de marchandises des États-Unis vers la Chine en 2017

De son côté, Pékin exporte vers la première puissance économique du monde une myriade de produits, à commencer par des téléphones portables (70,4 milliards), des ordinateurs (45,5 milliards), des équipements en télécommunications (33,5 milliards), des accessoires informatiques (31,6 milliards), des jouets et jeux (26,8 milliards) ainsi que des vêtements (24,1 milliards) et des meubles (20,7 milliards).

Contrairement à ce qui se passe avec les marchandises, les États-Unis ont enregistré avec la Chine un excédent commercial pour les services de 38,5 milliards en 2017. De loin, les services les plus exportés étaient alors les voyages.

 
505,6
La valeur, en milliards, des importations des États-Unis de biens chinois en 2017

Le développement des relations commerciales avec la Chine s’est traduit par un creusement du déficit commercial des États-Unis. L’an passé, ils ont enregistré avec Pékin un déficit pour les biens de 375,2 milliards, en augmentation de 8,1 %. Ce déficit s’élevait à seulement 6 milliards en 1985.

Les investissements directs des entreprises chinoises aux États-Unis se sont élevés à 29 milliards de dollars l’an passé, selon les données du conseil économique sino-américain. Ils sont en baisse de 35 % comparativement à 2016, note-t-il, en raison essentiellement de restrictions imposées par Pékin en matière d’investissements directs à l’étranger, notamment dans les secteurs immobilier et hôtelier.

 
1187
La valeur, en milliards, des bons du Trésor américains détenus par Pékin

Aussi, la Chine est le premier détenteur étranger de titres de dette américains, devant le Japon. En mars (dernière donnée disponible), Pékin détenait un peu plus de 1187 milliards de dollars de bons du Trésor américains, soit environ 20 % du total aux mains d’institutions étrangères.

Le respect des droits de la propriété intellectuelle représente un important enjeu économique pour Washington. En contrepartie d’un accès au marché chinois, les entreprises américaines sont contraintes de partager avec des partenaires locaux une partie de leur savoir-faire technologique. C’est un des principaux motifs de contentieux avec Pékin, où la contrefaçon et le piratage sont endémiques. Or les produits contrefaits viennent concurrencer les biens américains.

En défendant la propriété intellectuelle, Washington vise à soutenir la compétitivité des sociétés américaines, qui tient aujourd’hui davantage à leurs capacités à innover qu’à produire des biens de consommation.