Le chantier naval Davie obtiendrait bientôt un contrat d’Ottawa

Davie avait dû mettre à pied 800 travailleurs l’an dernier, faute de commandes.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Davie avait dû mettre à pied 800 travailleurs l’an dernier, faute de commandes.

Le gouvernement fédéral serait tout près d’un accord avec le chantier naval québécois Davie pour la conversion de quatre navires en brise-glaces, afin de soutenir la flotte vieillissante de la Garde côtière canadienne.

Après des mois d’intenses négociations à huis clos, il ne resterait que quelques ficelles à attacher, ont indiqué à La Presse canadienne des sources proches du dossier. Cette entente représenterait une petite victoire pour le chantier naval de Lévis et le gouvernement du Québec, qui ont tous deux réclamé à Ottawa plus de contrats fédéraux pour Davie, qui a dû mettre à pied 800 travailleurs l’année dernière faute de commandes. Mais cette entente serait aussi loin de ce qu’espérait le chantier naval québécois.

L’entreprise souhaitait en fait convertir trois brise-glaces moyens et un brise-glace lourd, pour ensuite les louer à la Garde côtière, dont la flotte arrive à la fin de sa vie utile. Or Davie convertira effectivement les trois brise-glaces moyens, selon ces sources, mais la Garde côtière deviendra propriétaire de ces navires au lieu de les louer. Pour ce qui concerne le brise-glace lourd, les deux parties ne s’entendraient toujours pas sur le projet proposé par Davie. Les responsables de la Garde côtière affirment que cette proposition ne répond pas à leurs besoins.

La stratégie fédérale de construction navale prévoyait déjà la construction d’un brise-glace lourd, le John G. Diefenbaker, ce qui pourrait expliquer l’hésitation des responsables face à la proposition de Davie, a estimé Rob Huebert, professeur à l’Université de Calgary, qui a beaucoup travaillé avec la Garde côtière. « Beaucoup d’efforts ont été consacrés à la conception du Diefenbaker, a expliqué M. Huebert. Si j’étais à la Garde côtière, je craindrais qu’en acceptant la proposition de Davie, je n’obtienne pas le Diefenbaker. »

Davie avait d’abord proposé à la Garde côtière, en avril 2016, de lui louer des brise-glaces, après avoir acquis les droits sur quatre navires destinés à l’industrie pétrolière et gazière extracôtière de l’Alaska, avant que les cours du pétrole ne plongent sur les marchés.

Une vieille flotte

Les brise-glaces de la Garde côtière ont en moyenne plus de 35 ans, et ils ont perdu des centaines de « jours d’exploitation » ces dernières années en raison d’ennuis mécaniques. Les responsables de la Garde côtière demandent depuis des années des brise-glaces supplémentaires pour compléter la flotte. Ils ont même suggéré des solutions novatrices, comme louer des navires ou recourir à des entreprises privées, afin de pouvoir accomplir des tâches qui ne cessent d’augmenter.

Les négociations entre Ottawa et Davie ont néanmoins été bien ancrées dans la politique. Le premier ministre Justin Trudeau en a surpris plusieurs — y compris la Garde côtière canadienne et même Davie — lorsqu’il a annoncé l’ouverture de pourparlers lors d’une visite à Québec en janvier. Cette annonce-surprise faisait suite aux exigences de la Garde côtière, mais aussi à l’intense campagne menée par Davie, le gouvernement du Québec et les partis d’opposition à Ottawa. On avait même vu le premier ministre Philippe Couillard descendre dans les rues de Lévis en décembre.

Pendant ce temps, l’essentiel du travail sur le navire de soutien intérimaire Astérix a été terminé à la fin de l’année dernière, et Davie a alors licencié 800 travailleurs.