Ottawa porte plainte à l’OMC

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait signalé que le dépôt d’une demande de consultations était imminent, vendredi midi.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait signalé que le dépôt d’une demande de consultations était imminent, vendredi midi.

Ottawa — Le Canada a officiellement porté plainte vendredi auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour contester l’imposition de tarifs douaniers américains sur ses exportations d’acier et d’aluminium.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait signalé que le dépôt d’une demande de consultations était imminent, vendredi midi, soit quelques heures après que les taxes punitives furent entrées en vigueur.

« Aujourd’hui, nous allons contester ces mesures illégales à l’OMC et dans le cadre de l’ALENA [l’Accord de libre-échange nord-américain] », a-t-elle indiqué pendant la période de questions en Chambre, confirmant qu’Ottawa passait de la parole de la veille aux actes.

Jeudi, le Canada a annoncé des mesures de rétorsion pour répliquer à la décision du gouvernement Trump.

Par ailleurs, le président américain, Donald Trump, s’en est encore pris vendredi au Canada, qu’il a accusé de « très mal traiter » les agriculteurs américains et d’imposer des mesures commerciales très restrictives. Ce tweet matinal intervient au lendemain de l’annonce par le premier ministre canadien, Justin Trudeau, de « mesures de rétorsion » en réponse à l’imposition de taxes de 25 % sur les importations américaines d’acier et de 10 % sur celles d’aluminium en provenance de l’Union européenne ainsi que du Canada et du Mexique.

« Le Canada a très mal traité nos activités agricoles et nos agriculteurs pendant très longtemps. Très restrictif sur le commerce ! Ils doivent ouvrir leurs marchés et abattre leurs barrières commerciales ! Ils ont un excédent commercial très important avec nous », a écrit M. Trump.

Le président américain a aussi fait brièvement allusion au contentieux sur le bois d’oeuvre, qui pèse sur les relations commerciales américano-canadiennes depuis des années. Ce secteur pourrait être une source d’inspiration en ce qui a trait à la résilience face aux tarifs américains.

Le secteur canadien du bois d’oeuvre est aux prises depuis près d’un an avec les tarifs douaniers aux États-Unis. Cependant, l’industrie canadienne a été moins touchée que prévu, car les droits imposés par le gouvernement américain ont été retransmis aux consommateurs américains sous la forme de prix plus élevés.

La forte hausse de la demande de bois d’oeuvre attribuable au boom de la construction résidentielle aux États-Unis, où les mises en chantier ont été l’an dernier plus élevées qu’elles ne l’ont été dans une décennie, a contribué à faire grimper les prix à des niveaux records.