Commerce: l’incertitude limite les investissements, dit la Banque du Canada

La croissance du premier trimestre s’est établie à 1,3 % sur une base annualisée.
Photo: Andrew Vaughn La Presse canadienne La croissance du premier trimestre s’est établie à 1,3 % sur une base annualisée.

Québec — L’incertitude entourant les politiques commerciales a pour effet de limiter les investissements des entreprises, a observé jeudi un sous-gouverneur de la Banque du Canada.

Dans un discours prononcé à Québec, Sylvain Leduc a indiqué que la banque centrale s’attendait à ce que l’investissement des entreprises augmente, mais pas autant qu’il le ferait si cette incertitude était absente. « Cela dit, la confiance et les intentions d’investissement des entreprises demeurent positives, ce qui donne à penser que celles-ci poursuivent leurs activités et s’ajustent à cet environnement plus volatil », a affirmé M. Leduc dans le texte préparé d’un discours destiné à l’Association des économistes québécois et CFA Québec.

« À cet égard, la hausse supérieure aux attentes des importations de machines et de matériel observée au premier trimestre de l’année est de bon augure pour la croissance des investissements des entreprises. »

Les États-Unis ont annoncé, plus tôt jeudi, qu’ils imposeraient des tarifs sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Mexique, du Canada et de l’Union européenne dès minuit vendredi soir. Cette décision des États-Unis survient alors que se poursuivent les négociations sur un nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

La Banque du Canada a annoncé mercredi qu’elle maintenait son taux d’intérêt directeur, mais a laissé tomber une référence à la « prudence » utilisée dans ses décisions précédentes. Les économistes ont interprété ce changement de ton comme un signal suggérant que les taux pourraient grimper plus tôt que tard. Cependant, la banque centrale a également noté que l’incertitude persistante au sujet des politiques commerciales freinait les investissements des entreprises mondiales et a noté que les tensions se développaient dans certaines économies de marché émergentes.

PIB en hausse

Par ailleurs, Statistique Canada a indiqué jeudi que la croissance du premier trimestre s’était établie à 1,3 % sur une base annualisée, un résultat conforme aux prévisions de la banque centrale dans son rapport sur la politique monétaire d’avril. Les résultats du premier trimestre ont été plus faibles que le prévoyaient de nombreux économistes du secteur privé, mais certains ont souligné que la forte croissance observée en mars appuyait leur prévision voulant que la Banque du Canada hausse son taux d’intérêt directeur en juillet.

À voir en vidéo