Les dirigeants européens appellent à «l’unité»

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker
Photo: Frederick Florin Agence France-Presse Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker

Les dirigeants européens ont appelé jeudi à rester unis et solidaires face aux taxes douanières « injustifiables » annoncées par l’administration Trump sur l’acier et l’aluminium en provenance de l’Union européenne.

La Commission européenne, chargée de la politique commerciale des 28 pays membres, a promis des contre-mesures aussitôt que les Américains auront mis leur menace à exécution. Une décision qualifiée d’« illégale » par le président français Emmanuel Macron. « L’Union européenne ne peut pas rester sans réagir. Ce qu’ils peuvent faire, nous sommes capables de faire exactement la même chose », a averti le président de la Commission Jean-Claude Juncker, lors d’une conférence à Bruxelles.

L’Allemagne, dont les excédents commerciaux sont dans le collimateur du président américain Donald Trump et qui a le plus à perdre d’une guerre commerciale avec Washington, a été prompte à réagir. La chancelière Angela Merkel a ainsi souligné que la décision du président américain serait « désormais analysée en détail au sein de l’UE », qui s’est préparée « pour répondre par des contre-mesures appropriées ». « Notre réponse à “ l’Amérique d’abord ” sera “ l’Europe unie ”», a martelé le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas, ajoutant que « les guerres commerciales ne connaissent aucun vainqueur ».

Jusqu’à la dernière minute, la première économie de l’UE avait espéré pouvoir raisonner la Maison-Blanche et avait même caressé l’idée d’un accord commercial restreint sur certains produits industriels. Peine perdue : le président américain a ignoré ses appels et a même accentué la pression en menaçant également de taxer jusqu’à 25 % les importations de voitures, un nouveau coup dur pour le pays des BMW et Mercedes.

Comme l’a annoncé le chef de la Commission européenne, l’UE va porter ce conflit devant l’OMC et imposer des droits de douane supplémentaires à un nombre de produits en provenance des États-Unis. Cette procédure devant l’Organisation mondiale du Commerce, qui peut durer des années, devrait être lancée dès ce vendredi.

Quant aux droits de douanes supplémentaires sur un certains nombre de produits américains, la Commission a déjà préparé, fin avril, une liste de produits emblématiques. Cette liste d’articles établie par l’exécutif européen cible, dans certains cas, des États américains, souvent agricoles, ayant voté pour Donald Trump en 2016.

Ces taxes ou contre-mesures sur les produits de cette liste portent sur un total de 2,8 milliards d’euros qui ne couvrent pas la totalité des dommages infligés à l’industrie européenne, mais permettent à l’UE d’être dans le cadre de l’OMC. Elles peuvent entrer en application dès le 20 juin car tout est réglé du côté de l’OMC. Mais il faudra encore un débat entre États membres, pour une dernière validation, pour que ce soit le cas.

Selon plusieurs sources, les Allemands sont plus frileux sur ces contre-mesures que les Français et les Néerlandais.