Québec investit 130 millions dans un projet de lithium

La mine devrait entrer en service dans quinze mois, tandis que l’usine devrait être opérationnelle dans environ deux ans.
Photo: Nemaska Lithium La mine devrait entrer en service dans quinze mois, tandis que l’usine devrait être opérationnelle dans environ deux ans.

Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi un investissement de 130 millions dans le secteur du lithium, pour un projet d’une valeur totale de 1,1 milliard qui devrait entraîner la création de 300 emplois directs.

Le projet de la société Nemaska Lithium prévoit la mise en service d’une mine de spodumène — du minerai de lithium — à Nemasaka, à quelque 300 kilomètres au nord de Chibougamau, et la construction d’une usine de production commerciale d’hydroxyde et de carbonate de lithium à Shawinigan, en Mauricie.

Le minerai de spodumène extrait de la mine Whabouchi sera transformé en sels de lithium à valeur ajoutée, pour ensuite être vendu principalement à des fabricants de matériaux de cathodes destinés aux batteries rechargeables lithium-ion. Un de ces fournisseurs est situé dans la région de Montréal, ce qui pourra faire en sorte que toute la chaîne de valeur soit localisée au Québec, a souligné le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation dans un communiqué.

La mine devrait entrer en service dans quinze mois, tandis que l’usine devrait être opérationnelle dans environ deux ans. Près de 1000 travailleurs seront sollicités pendant la période de la construction tandis que l’exploitation des deux sites procurera du travail à quelque 300 employés spécialisés.

Concrètement, le gouvernement du Québec investira 80 millions dans le capital-actions de Nemaska Lithium, par l’entremise du fonds Capital Mines Hydrocarbures. En outre, Ressources Québec souscrira 50 millions en obligations garanties et remboursables par anticipation à même ses fonds propres. Au terme de l’opération, Ressources Québec, une filiale d’Investissement Québec, détiendra une participation de près de 13 % dans le capital de Nemaska Lithium.

Au total, en plus de ce placement privé, la structure de financement retenue par Nemaska Lithium comprend le placement public de 280 millions d’actions ordinaires au prix unitaire de 1 $. Et l’émission pour l’équivalent de 455 millions $CAN d’obligations libellées en dollars américains portant intérêt à taux annuel de 11,25 %.

Nemaska a rappelé également qu’elle avait conclu une entente de production prévoyant un paiement anticipé de 150 millions $US avec Orion Mine Finance II LP, annoncée le 12 avril.

« La reprise actuelle laisse présager de belles années pour l’industrie minière québécoise, et il n’y a pas de meilleur moment pour investir dans ce secteur », a fait valoir le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Moreau. « Ce projet aura un effet structurant important parce qu’il facilitera l’accès aux produits de lithium pour les entreprises manufacturières qui sont spécialisées dans la fabrication de batteries destinées aux véhicules électriques », a pour sa part affirmé la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, en rappelant les mesures entreprises par la province pour l’électrification des transports.

Le lithium est un métal utilisé notamment dans les batteries, la céramique, le verre et les lubrifiants, a expliqué le ministère dans son communiqué. La demande mondiale pour ce métal est particulièrement forte en ce moment en raison de son utilisation dans les appareils portables et les véhicules électriques.