La rareté de main-d’oeuvre forcera-t-elle le virage de la productivité des entreprises?

Selon les économistes, le virage technologique des entreprises québécoises ne doit pas être vu comme une menace par les travailleurs.
Photo: Geoff Robins La Presse canadienne Selon les économistes, le virage technologique des entreprises québécoises ne doit pas être vu comme une menace par les travailleurs.

Le problème de rareté de main-d’oeuvre était peut-être l’électrochoc dont avaient besoin les entreprises québécoises pour s’occuper plus sérieusement de l’amélioration de leur productivité en investissant notamment dans les technologies et la formation de leurs employés.

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins s’est demandé un instant si ses paroles ne risquaient pas d’être mal interprétées. « Je ne sais pas si je devrais dire cela, mais la pénurie de main-d’oeuvre est peut-être le défi qui forcera les entreprises à amorcer plus résolument le virage technologique et à prendre mieux soin de leurs travailleurs », a déclaré lundi Guy Cormier en réponse à une question du public, en ouverture d’un colloque sur la prospérité du Québec organisé à HEC Montréal. Mais il n’allait pas être le seul conférencier à arriver à cette conclusion.

Qu’on le comprenne bien, explique-t-il, la société québécoise a effectué, depuis 50 ans, un rattrapage extraordinaire, notamment en matière d’éducation, d’emploi, d’entrepreneuriat ainsi que de création et de partage de la richesse. Avec son tissu économique résilient et diversifié, ses grappes industrielles dans des secteurs de pointe de même que sa main-d’oeuvre qualifiée et créative, le Québec est aujourd’hui en meilleure posture économique qu’il ne l’a jamais été.

La concurrence mondiale

Mais le monde a aussi changé, souligne Guy Cormier. L’effondrement du bloc soviétique et la libéralisation du commerce ont fait qu’aujourd’hui 90 % des économies de la planète sont en concurrence dans le même marché mondialisé. Or, la main-d’oeuvre disponible ne cessera de diminuer au Québec avec le vieillissement de sa population et la productivité de ses entreprises stagne aux alentours de la moyenne des pays développés. L’économie québécoise risque donc de se retrouver mal positionnée face non seulement à la concurrence américaine et allemande, mais aussi à celle des économies émergentes chinoise, indienne, vietnamienne ou encore indonésienne.

Virage en cours

La pression exercée par la rareté de main-d’oeuvre semble déjà inciter les entreprises québécoises à investir plus dans les nouvelles technologies qu’elles ne le faisaient auparavant, rapporte Benoît Dostie, professeur à HEC Montréal. « On espère maintenant que cela aura le même effet sur la formation de la main-d’oeuvre. »

Qu’il se rassure. Autrefois dans la cave des priorités des entreprises québécoises, la formation de la main-d’oeuvre a grimpé depuis quelques années au deuxième rang, tout juste derrière l’investissement technologique, rapporte l’économiste en chef de la Banque de développement du Canada, Pierre Cléroux. Dans les régions, comme la Beauce ou Drummondville, où la pénurie de main-d’oeuvre est la plus aiguë, des entreprises ont déjà commencé à engager et à former elles-mêmes des travailleurs qui n’avaient auparavant aucune forme de qualification. Quant aux travailleurs issus des plus jeunes générations, ils s’attendent désormais de plus en plus à ce que leur employeur leur offre des programmes de formation continue.

Seulement, ce virage vers la productivité risque fort d’être plus difficile qu’on pourrait le croire, prévient-il. En effet, la révolution des mégadonnées, de l’automatisation et de l’intelligence artificielle demande plus que d’uniquement acheter de nouvelles machines. Elle nécessite notamment d’investir dans des « actifs intangibles », comme des logiciels, de la recherche et développement et la formation de la main-d’oeuvre pour lesquels il est encore difficile de trouver du financement.

Aussi les entreprises auront-elles besoin du coup de pouce des gouvernements, dit Pierre Cléroux. L’économiste salue à ce chapitre le succès remporté par le programme de subvention à l’innovation manufacturière du gouvernement du Québec, qui a permis d’octroyer environ un milliard en deux ans.

Le virage technologique ne doit pas être vu comme une menace par les travailleurs, dit-il. Les entreprises les plus dynamiques à ce chapitre sont habituellement en pleine croissance et cherchent plus à embaucher du personnel supplémentaire qu’à se débarrasser de leurs employés. Elles tendent également à mieux rémunérer leurs travailleurs.

Des très jeunes aux plus vieux

Les investissements dans la formation les plus rentables économiquement ne sont pas ceux auxquels on pense habituellement, note Pierre Fortin, économiste émérite de l’Université du Québec à Montréal. Ce n’est pas l’argent investi dans la formation en entreprise ou à l’université, ni même dans l’éducation primaire secondaire — où il faut néanmoins s’attaquer de toute urgence au drame du décrochage scolaire —, mais celui consacré à l’éducation de la petite enfance, notamment dans le réseau de service de garde public québécois.

L’économiste espère aussi que la rareté de main-d’oeuvre incitera les employeurs à se montrer de plus en plus ouverts à un assouplissement de leur mode de fonctionnement qui profiterait aux travailleurs plus âgés prêts à retarder leur départ à la retraite. « Tout cela n’est que le début de nombreux changements. »