Le gaz naturel américain prêt à conquérir le monde

Les États-Unis sont, depuis 2009, le premier producteur de gaz naturel au monde.
Photo: Mladen Antonov Agence France-Presse Les États-Unis sont, depuis 2009, le premier producteur de gaz naturel au monde.

Les États-Unis produisent du gaz naturel à foison et ont récemment accéléré la recherche de débouchés sur le marché mondial, une offensive commerciale appuyée par Donald Trump.

« La période 2018-2029 est depuis longtemps considérée comme une période décisive pour le marché mondial du gaz naturel », remarque Breanne Dougherty, spécialiste de cette matière première pour la Société Générale.

Grâce aux nouvelles techniques d’exploitation des bassins de schiste, en particulier dans la région des Appalaches dans le nord-est du pays, les États-Unis sont depuis 2009 le premier producteur de gaz naturel au monde. Ils en ont extrait en 2017 un peu plus de deux milliards de mètres cubes par jour.

Miser sur le gaz naturel liquéfié

Ils exportent déjà une partie de cette abondante ressource par des gazoducs au Canada et au Mexique. Mais pour atteindre des marchés plus lointains, ils misent sur le gaz naturel liquéfié (GNL), du gaz condensé à l’état liquide pour pouvoir être transporté par voie maritime.

Les exportations de GNL ont commencé à prendre de l’ampleur en 2016 quand la société Cheniere Energy a pour la première fois affrété un méthanier depuis ses installations à Sabine Pass, en Louisiane. Jusqu’alors, les États-Unis n’exportaient du GNL qu’à partir d’un terminal situé en Alaska et fermé en 2015.

Elles ont quadruplé en un an, Washington redevenant en 2017 un exportateur net de gaz naturel pour la première fois en 60 ans. Plus de 50 % des cargaisons étaient à destination de trois pays : le Mexique, la Corée du Sud et la Chine. Environ un tiers était à destination de l’Europe.

Les exportations sont amenées à exploser encore plus dans la mesure où un nouveau terminal géré par Dominion Energy à Cove Point, dans le Maryland, sur la côte est des États-Unis, a démarré ses activités en mars et que quatre autres projets devraient aboutir d’ici fin 2019. La capacité d’exportation atteindra alors 272 millions de mètres cubes par jour.

Les États-Unis bientôt sur le podium

Résultat : les États-Unis devraient, selon l’agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), devenir le troisième exportateur mondial de GNL en 2020, derrière l’Australie et le Qatar et devant la Malaisie. Les entreprises américaines peuvent compter sur un fort appétit pour le gaz naturel : selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la demande pour ce produit devrait croître de 1,6 % par an d’ici 2040, contre 0,5 % seulement pour le pétrole et 0,2 % pour le charbon.

Donald Trump encourage cet essor. Depuis qu’il a, en juin 2017, prôné la « domination américaine en matière d’énergie », il a plusieurs fois vanté les mérites du gaz naturel américain, évoquant par exemple, lors d’une visite en Pologne l’été dernier, l’intérêt des pays européens à diversifier leurs sources d’approvisionnement.

L’Asie est particulièrement ciblée : selon l’AIE, 80 % de la croissance de la demande en gaz d’ici 2040 devrait venir des pays émergents, Chine et Inde en tête. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a souligné cette semaine que le sujet des exportations de pétrole et de gaz américains était au coeur des négociations commerciales avec la Chine.

Selon certains responsables européens, la décision du président américain de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien, qui pourrait empêcher Téhéran d’exploiter à l’envi ses immenses réserves de gaz, ou ses récentes critiques à l’encontre du gazoduc Nord Stream 2 visant à relier la Russie à l’Allemagne sont aussi une façon de dégager le terrain pour le gaz naturel américain.