Comcast prépare une contre-offre sur une partie de l’empire Murdoch

Comcast a également soumis en avril une offre de 22 milliards de livres sur Sky pour acquérir les 61% dans le groupe européen de télévision payante.
Photo: Joy Asico / Comcast via Associated Press Comcast a également soumis en avril une offre de 22 milliards de livres sur Sky pour acquérir les 61% dans le groupe européen de télévision payante.

New York — Le géant du câble et des médias Comcast a annoncé mercredi qu’il est à un stade « avancé » pour lancer une contre-offre en espèces sur une partie de l’empire de Rupert Murdoch, dont les studios de cinéma 20th Century Fox et des chaînes de télévision câblées américaines.

Cette proposition pourrait faire capoter l’accord entre M. Murdoch et Disney, auquel le magnat des médias a accepté il y a plusieurs mois de vendre ces actifs pour 66 milliards de dollars.

« Comcast confirme qu’il envisage, et est en stade avancé, de lancer une offre sur les activités que Fox a accepté de vendre à Disney et qui n’incluent pas Fox News, Fox Business et d’autres actifs dans la télévision » aux États-Unis, écrit dans un court communiqué le groupe, déjà propriétaire des chaînes de télévision NBC, CNBC, MSNBC entre autres. Il ajoute que toute offre de sa part serait bénéfique pour les actionnaires de Fox, à qui Comcast promet une prime élevée comparée à la proposition financière de Disney. Grosso modo, l’offre de Comcast devrait être supérieure à 66 milliards et l’entreprise accepterait également de payer les frais de rupture de l’accord entre Rupert Murdoch et Disney. « La décision définitive n’a pas encore été prise, mais à ce stade les préparatifs pour financer l’offre en numéraire et respecter la procédure réglementaire sont bien avancés », a ajouté Comcast.

« Si aucune décision définitive n’a encore été prise, la recherche des moyens pour financer cette offre qui sera tout en espèces et les envois réglementaires nécessaires sont déjà à un stade avancé », conclut Comcast, dont l’annonce survient quelques jours avant l’assemblée générale des actionnaires de 21st Century Fox.

En attente d’une décision

Début mai, des sources avaient indiqué à l’agence Reuters que Comcast cherchait à obtenir de ses banques des lignes de crédit susceptibles d’atteindre un montant global de 60 milliards en vue d’une contre-offre en numéraire sur ces actifs. Les mêmes sources ont indiqué que le p.-d.g. de Comcast, Brian Roberts, ne lancerait une offre que si un juge fédéral autorisait le mois prochain AT&T à racheter Time Warner pour 85 milliards.

Ce n’est pas la première fois que Comcast essaie de mettre la main sur l’empire de Rupert Murdoch : fin 2017, le groupe avait été éconduit par le magnat, qui craint qu’un mariage entre son groupe et Comcast ne soit bloqué par les autorités de la concurrence vu que les deux sociétés sont adversaires.

Le ministère de la Justice a par exemple décidé de s’opposer à la fusion entre l’opérateur télécoms AT&T et Time Warner (HBO, CNN, studio Warner Bros), qui ne sont pourtant pas des concurrents directs. Un procès est actuellement en cours.

Le secteur des médias est en plein bouleversement aux États-Unis, les groupes traditionnels cherchant à se renforcer face à la puissance des géants technologiques, comme Netflix ou Amazon.

Comcast, propriétaire entre autres de NBC et d’Universal Pictures, a également soumis en avril une offre de 22 milliards de livres sur Sky pour acquérir les 61 % dans le groupe européen de télévision payante que Fox ne détient pas encore.