La Scotia hausse son taux hypothécaire

Le troisième prêteur en importance au Canada a fait passer son taux d’intérêt affiché pour les hypothèques à taux fixe de cinq ans de 5,14% à 5,34%.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Le troisième prêteur en importance au Canada a fait passer son taux d’intérêt affiché pour les hypothèques à taux fixe de cinq ans de 5,14% à 5,34%.

Toronto — La Banque Scotia a imité ses principales concurrentes en annonçant mardi une hausse de son taux hypothécaire fixe de cinq ans.

Le troisième prêteur en importance au Canada a fait passer son taux d’intérêt affiché pour les hypothèques à taux fixe de cinq ans de 5,14 % à 5,34 % à compter de mardi. La Scotia a aussi augmenté ses taux affichés pour les prêts de différentes durées.

La Banque TD a été la première des cinq grandes banques canadiennes à hausser son taux fixe de référence pour les hypothèques de cinq ans, le mois dernier. Elle l’a fait passer à 5,59 %, en évoquant des facteurs comme l’environnement concurrentiel, le coût des prêts et la gestion du risque. La Banque Royale a fait de même en haussant son taux de référence à 5,34 %, puis la Banque CIBC a fait passer le sien de 4,99 % à 5,14 %.

De son côté, la Banque de Montréal a haussé son taux de référence à 5,19 % plus tôt en mai.

Les hausses des taux hypothécaires des plus grands prêteurs canadiens s’expliquent notamment par une hausse des rendements obligataires des gouvernements, qui signalent une hausse des coûts de l’emprunt pour les entreprises.

Mises en chantier

Par ailleurs, la cadence annuelle des mises en chantier a ralenti en avril par rapport au mois de mars, a indiqué mardi la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Le nombre de mises en chantier d’habitation, considéré comme un indicateur de la santé du marché immobilier, a reculé à 214 379 en données désaisonnalisées et annualisées. Il avait été de 225 459 mises en chantier en mars.

Le nombre de mises en chantier dans les centres urbains a reculé de 4,7 % en avril, à 198 090. Les mises en chantier dans la catégorie du logement collectif des centres urbains, qui comprend les appartements, les maisons en rangée et les immeubles en copropriété, ont diminué de 2,7 %, à 141 032. Le secteur des maisons individuelles a aussi vu une baisse des mises en chantier, qui ont cédé 9,3 %, à 57 058. Dans les régions rurales, les mises en chantier en données désaisonnalisées et annualisées se sont chiffrées à 16 289.

La moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’habitation a reculé à 225 696 en avril, comparativement à 226 942 en mars, a précisé la SCHL.