Forte hausse du prix de l’essence, à 1,48$ le litre à Montréal et à Laval

Le prix du baril de pétrole brut a reculé lundi soir de 0,34 $US à la Bourse NYMEX, à New York, à 68,23 $US.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le prix du baril de pétrole brut a reculé lundi soir de 0,34 $US à la Bourse NYMEX, à New York, à 68,23 $US.

Le prix au détail de l’essence a atteint mardi un niveau rarement vu depuis de nombreuses années au Québec : 1,48 $ le litre d’ordinaire, à Montréal et à Laval.

En fait, le prix le plus bas à Montréal était de 1,29 $ en fin d’après-midi et le plus élevé, à 1,48 $, contre un prix minimum établi par la Régie de l’énergie à 1,31 $.

Lundi après-midi, plusieurs postes d’essence affichaient un prix inférieur de plus ou moins 18 ¢, selon ce qu’affiche le site Web Essencequebec.com. Comme d’habitude, aucune des autres régions du Québec n’avait encore emboîté le pas. À Québec, le prix moyen était de 1,34 $. Il était de 1,30 $ dans l’Outaouais, de 1,25 $ en Estrie. Le prix moyen de l’essence ordinaire était néanmoins évalué pour l’ensemble du Québec à plus de 1,40 $, largement supérieur à celui des derniers mois.

1,60 $
C’est le prix moyen de l’essence relevé mardi en Colombie-Britannique, selon le site Gasbuddy.com

Selon le site Gasbuddy.com, mardi après-midi, les prix moyens de l’essence les plus élevés au Canada étaient relevés en Colombie-Britannique (à plus de 1,60 $ le litre), dans les Territoires du Nord-Ouest et à Terre-Neuve-et-Labrador. Les plus bas ont été observés en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.

Sur une base conjoncturelle, la remontée des cours pétroliers ces dernières semaines à leur plus haut depuis décembre 2014 attise ce relent. Le cours du pétrole approche des 75 $US à Londres, dépasse les 68 $US à New York.

Mardi, les cours du pétrole ont effacé leurs gains de la veille, la tension sur le dossier du nucléaire iranien s’apaisant un peu tandis que le dollar s’affichait au plus haut depuis le début de l’année. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 73,13 $US sur l’Intercontinental Exchange de Londres, en baisse de 1,56 $US par rapport à la clôture de lundi. Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de juin a cédé 1,32 $US à 67,25 $US.

Outre les tensions géopolitiques, les cours ont en parallèle été fortement touchés par un renforcement du dollar, influencé par la hausse de l’inflation aux États-Unis et les perspectives de hausses de taux d’intérêt de la banque centrale américaine, l’institution tenant une réunion mardi et mercredi.