Comcast offre 30 milliards pour Sky

Le câblo-opérateur américain s’est engagé à maintenir le financement de Sky News pendant dix ans et à en protéger l’indépendance éditoriale.
Photo: Gene J. Puskar Associated Press Le câblo-opérateur américain s’est engagé à maintenir le financement de Sky News pendant dix ans et à en protéger l’indépendance éditoriale.

Londres — Le câblodistributeur américain Comcast a présenté mercredi une offre de 22 milliards de livres sterling (30 milliards $US) pour la chaîne britannique Sky.

Comcast offre 12,50 livres par action de Sky, ce qui est supérieur à l’offre de 10,75 livres par action présentée par Rupert Murdoch et la 21st Century Fox. Cette dernière a publié un communiqué dans lequel elle annonce qu’elle « étudie ses options ». Sky, qui avait recommandé à ses actionnaires d’accepter l’offre de Fox, a retiré cette recommandation mercredi.

Une guerre d’enchères entre Comcast et Fox est maintenant possible. Sky est installée à Londres, mais elle a une forte présence en Europe dans les domaines de l’information et de la programmation sur demande. Elle diffuse également les matchs de football de la Premier League anglaise.

Fox avait proposé d’isoler les activités d’information de Sky de l’influence de la famille Murdoch, puisque cette dernière possède déjà plusieurs médias britanniques. Fox détient déjà une participation de 39 % dans Sky. Comcast s’est engagée à maintenir le financement de Sky News pendant dix ans et à en protéger l’indépendance éditoriale.

Le câblo-opérateur américain Comcast met en avant le fait que son offre est supérieure de 16 % à celle du géant Fox de la famille Murdoch et de 13 % à la cotation de l’action Sky le 26 février, veille de l’annonce de sa marque d’intérêt. Ce dépôt formel va mettre la pression sur 21st Century Fox, qui se démène depuis près d’un an et demi pour acquérir les 61 % de Sky que Fox voudrait acheter afin de posséder la totalité du groupe. L’offre de 21st Century Fox est soutenue par le conseil d’administration de Sky, présidé par James Murdoch, fils du magnat des médias Rupert Murdoch et fondateur de 21st Century Fox.

Cette offre a reçu le feu vert des autorités de régulation de tous les pays concernés, à l’exception du Royaume-Uni où une enquête approfondie a été ouverte par les autorités qui craignent une main mise des Murdoch sur le secteur de l’information au Royaume-Uni — où la famille possède déjà, par l’entremise de son entité News Corp., deux quotidiens à grand tirage, The Times et The Sun.

Pour pimenter le tout, Comcast avait vraisemblablement fait montre de son intérêt pour acheter 21st Century Fox lui-même au début du mois de novembre dernier, d’après un document boursier publié le 18 avril aux États-Unis. Mais Fox a par la suite estimé que la transaction avec Disney avait plus de garanties d’arriver à son terme, et c’est le géant du divertissement qui a emporté la mise.