Les profits des lignes aériennes devraient diminuer en 2018

Le prix du carburant, qui représente environ le tiers des coûts des lignes aériennes, va augmenter, tout comme les coûts de la main-d’œuvre.
Photo: Larry MacDougal La Presse canadienne Le prix du carburant, qui représente environ le tiers des coûts des lignes aériennes, va augmenter, tout comme les coûts de la main-d’œuvre.

Après avoir atteint l’an dernier un sommet de 20 ans, la rentabilité des lignes aériennes canadiennes devrait s’amoindrir cette année, essentiellement en raison de la hausse des coûts du carburant et de la main-d’oeuvre, a estimé jeudi le Conference Board du Canada.

Les profits avant impôts des lignes aériennes devraient reculer de 27 % à 1,32 milliard, tandis que les hausses de coûts devraient surpasser celle des revenus, qui devraient se chiffrer à 32 milliards. Les transporteurs aériens canadiens ont affiché l’an dernier leurs plus importants revenus et profits depuis que le Conference Board a commencé à récolter ces données, en 1997.

« Certains des principaux facteurs soutenant l’industrie du transport aérien ces deux dernières années, principalement la faiblesse des coûts du carburant et du dollar canadien, ont alimenté la demande américaine et étrangère, mais ils vont lentement se renverser au cours des cinq prochaines années », a expliqué l’économiste Sabrina Bond, du Conference Board. Malgré tout, cela ne devrait pas menacer l’expansion et la rentabilité de l’industrie, a-t-elle ajouté, puisque la demande pour les voyages aériens va continuer à croître grâce à la vigueur du marché de l’emploi au Canada et aux États-Unis.

Le prix du carburant, qui représente environ le tiers des coûts des lignes aériennes, va augmenter, tout comme les coûts de la main-d’oeuvre, qui devraient progresser avec l’ajout de vols, qui exigera l’embauche de 6000 employés de plus dans les cinq prochaines années, selon les calculs du Conference Board.

D’ici 2022, l’industrie devrait générer environ des profits avant impôts de 1,37 milliard et des revenus de près de 38 milliards.

Plus de touristes étrangers

L’expansion soutenue de la capacité nationale et internationale a été un facteur clé dans l’amélioration de la performance financière des plus grandes lignes aériennes de l’industrie, a expliqué le groupe de recherche. La solide demande et le nombre croissant de correspondances effectuées dans les trois grands aéroports du Canada devraient permettre à l’industrie de connaître une autre bonne année en 2018, avait estimé le chef de la direction d’Air Canada, Calin Rovinescu, lors d’une conférence téléphonique en février.

Les aéroports canadiens ont accueilli 139,4 millions de passagers l’an dernier, un chiffre en hausse de 5,4 % par rapport à 2016 et en hausse de 37 % par rapport à il y a 10 ans. La faiblesse du huard a encouragé les voyageurs de l’extérieur du pays en 2017, et un nombre record de 5,7 millions de résidents américains ont visité le Canada en avion. La plus grande partie des gains dans le nombre de passagers américains voyageait avec un des transporteurs canadiens. Ceux-ci fournissaient les sièges des deux tiers des touristes américains.

Le nombre de voyageurs étrangers en provenance de pays autres que les États-Unis a grimpé à 6,7 millions, un record. Même si les Européens représentaient le plus grand groupe, un plus grand nombre de visiteurs asiatiques, particulièrement issus de la Chine et de l’Inde, ont réduit l’écart. Les lignes aériennes ont augmenté leur offre de sièges de 5,9 % pour les destinations étrangères en 2017, ce qui porte cette croissance à 60 % dans les cinq dernières années.

La vigueur de l’économie canadienne a contribué à l’augmentation de 4,2 % des voyages effectués par les Canadiens à l’intérieur du pays, qui se sont chiffrés à 77 millions.

Le Conference Board s’attend à ce que la croissance de l’industrie canadienne du transport aérien se poursuive, mais plus lentement. Selon le groupe, l’appréciation attendue du dollar canadien devrait faire réduire le pouvoir d’attraction du pays auprès des touristes étrangers.

À voir en vidéo