Trump songe à rejoindre le nouvel accord de libre-échange transpacifique

Donald Trump s’était retiré du PTP initial dès son arrivée à la Maison-Blanche, l’an dernier.
Photo: Saul Loeb Archives Agence France-Presse Donald Trump s’était retiré du PTP initial dès son arrivée à la Maison-Blanche, l’an dernier.

Washington — Donald Trump envisage de rejoindre le nouvel accord de libre-échange transpacifique (PTPGP), alors qu’il s’était retiré du traité initial à son arrivée à la Maison-Blanche l’an passé.

Le président américain a chargé un de ses conseillers économiques et son représentant américain au Commerce d’entrer de nouveau en discussions, a indiqué jeudi un sénateur républicain américain.

« La grande nouvelle qui est sortie de cette réunion ce matin est que le président à demandé à Larry Kudlow et à l’ambassadeur [Robert] Lighthizer de regarder comment entrer de nouveau dans les négociations du PTP », a déclaré Ben Sasse à des journalistes.

Cette annonce intervient alors que les États-Unis et la Chine sont en profond désaccord sur le commerce international.

Onze pays des deux rives du Pacifique avaient signé début mars un accord pour faire revivre le traité de libre-échange transpacifique (PTP, ou TPP en anglais), donné pour mort il y a un an après le retrait des États-Unis.

Les chefs de la diplomatie ou les ministres du Commerce de l’Australie, du Brunei, du Canada, du Chili, du Japon, de la Malaisie, du Mexique, de la Nouvelle-Zélande, du Pérou, de Singapour et du Vietnam avaient paraphé le texte désormais appelé Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP, ou CPTPP en anglais).

Le TPP avait été initialement promu par Washington, sous la présidence de Barack Obama. Signé en février 2016 après des années de négociations entre 12 pays ayant un accès sur le Pacifique, cet accord devait faire le contrepoids à l’influence grandissante de la Chine qui n’en faisait pas partie.

Mais avant son entrée en vigueur, Donald Trump avait annoncé le 23 janvier 2017 le retrait de son pays, mettant en péril l’ambitieux accord censé englober 40 % du PIB mondial et presque 25 % du commerce international.

Lors du Sommet de Davos, le président américain avait toutefois tempéré sa prise de position : « Je me joindrais au [traité de libre-échange transpacifique] si nous avions un bien meilleur accord que celui-ci », avait-il déclaré le 26 janvier.

Mais depuis, l’escalade de tensions commerciales avec la Chine pourrait avoir infléchi sa position.