Débuts en fanfare pour Spotify à Wall Street

Une grande bannière a été déployée sur la façade du bâtiment de la Bourse de New York.
Photo: Richard Drew Associated Press Une grande bannière a été déployée sur la façade du bâtiment de la Bourse de New York.

New York — Le numéro un mondial de la musique en continu Spotify est entré mardi à la Bourse de New York à 165,90 $US l’action, valorisant la société suédoise à 29,5 milliards de dollars.

Une fois la frénésie passée, le titre a perdu du terrain pour terminer la séance à 149,01 $ à 16 h, ce qui donne à l’entreprise une valeur boursière totale de 26,5 milliards.

La valorisation boursière du groupe est ainsi supérieure à celle de Twitter (20,6 milliards), de Snap (17,1 milliards) et de Dropbox (13,1 milliards) sur la base de leur cours de Bourse mardi à la mi-séance.

Aucune fourchette de prix d’introduction n’avait été établie en amont de l’entrée en Bourse de Spotify, comme c’est le cas généralement, en raison de la procédure atypique utilisée par Spotify, la cotation directe.

Mais le New York Stock Exchange (NYSE) avait établi lundi un « prix de référence » de l’action à 132 $US qui devait donner une indication du futur prix de cotation, celui-ci devant toutefois être déterminé par les ordres d’achat et de vente des investisseurs une fois le titre coté.

Ce prix de référence valorisait le groupe à 23,5 milliards de dollars.

La procédure de cotation directe est une procédure simplifiée et moins coûteuse pour l’entreprise, car sans intermédiaire. Elle est aussi plus imprévisible, le prix des titres n’étant pas fixé d’avance.

Par ailleurs, cette procédure permet à la société, qui revendique 71 millions d’abonnés payants et 159 millions d’utilisateurs actifs à la fin 2017, de ne pas lever de nouveaux capitaux.

Les dirigeants de la société n’étaient pas présents à la Bourse de New York au moment des premiers échanges de titres qui ont été effectués sous le symbole « SPOT », dérogeant à la tradition.

Mais le logo de la société occupait une bonne place à Wall Street, entre de nombreux écrans à l’intérieur de la salle des marchés et une grande bannière déployée sur la façade du bâtiment.

Seul raté mardi matin, un drapeau suisse en hommage à la société ornait également la façade du bâtiment, au lieu d’un drapeau suédois, une erreur vite rattrapée par le NYSE.

Il s’agit de la deuxième introduction en Bourse d’ampleur en quelques jours dans le secteur technologique après celle de Dropbox le 23 mars.

Cet événement est « important à surveiller pour évaluer l’appétit des investisseurs. Mais il ne faut pas non plus y accorder trop d’importance, car ces types d’entrées en Bourse en grande pompe [de valeurs technologiques] se sont souvent transformés en échec avec le temps », a indiqué Adam Sarhan, de 50 Park Investment, citant Twitter, Snap et Fitbit, qui cotent désormais sous leur prix d’introduction.