Jaguar se lance dans la voiture autonome avec Waymo

Le constructeur va s'allier à Waymo, jugée comme l'une des entreprises les plus avancées en matière de conduite autonome.
Photo: Mark Lennihan Associated Press Le constructeur va s'allier à Waymo, jugée comme l'une des entreprises les plus avancées en matière de conduite autonome.

San Francisco — Le constructeur britannique Jaguar va s’allier à Waymo pour développer une version entièrement autonome de l’i-PACE, son nouveau modèle haut de gamme de voiture électrique, destiné au futur service de taxis sans chauffeur de la filiale de Google.

Cette annonce survient alors qu’un récent accident mortel impliquant une voiture autonome d’Uber — grand rival de Waymo sur ce terrain — a relancé les inquiétudes autour de cette technologie, vue comme l’avenir des transports. Uber a dû cesser tous ses tests sur la voie publique.

Selon cet accord « pluriannuel », Jaguar et Waymo « vont développer ensemble le premier véhicule haut de gamme électrique autonome destiné au service de transport sans chauffeur de Waymo », selon un communiqué de Jaguar Land Rover publié mardi. Le constructeur avait dévoilé au début du mois l’i-PACE, modèle entièrement électrique — et déjà disponible au Royaume-Uni à partir de 71 300 euros — disposant de certaines capacités de conduite autonome, comme les modèles de l’américaine Tesla. Cette fois, le modèle sera entièrement autonome grâce à la technologie de Waymo.

25
C’est le nombre de villes américaines où Waymo teste ses véhicules autonomes

« Jusqu’à 20 000 i-PACE seront construites au cours des deux premières années de production et seront [alors] disponibles pour les clients du service sans chauffeur de Waymo, réalisant potentiellement un million de trajets par jour », ajoute Jaguar Land Rover. « Tester [les véhicules] sur route et collecter des données en situation réelle va permettre aux ingénieurs de Waymo et de Jaguar Land Rover d’affiner la technologie et de proposer un niveau optimal de sécurité et de fiabilité », dit aussi le groupe.

Dimanche, le patron de Waymo, John Krafcik, a assuré que sa technologie aurait pu éviter l’accident arrivé à Uber, soulignant que ses véhicules autonomes ont parcouru depuis 2009 plus de huit millions de kilomètres sur des routes fréquentées par des piétons sans être impliqués dans un accident mortel. L’entreprise, jugée comme l’une des plus avancées en matière de conduite autonome, teste déjà des véhicules autonomes dans 25 villes américaines, parmi lesquelles Atlanta, San Francisco, Detroit, ou encore autour de Phoenix, en Arizona.