Trump se vante de son ignorance face à Trudeau

Un rapport économique présidentiel publié récemment, et signé par le président Donald Trump, contredit plusieurs de ses allégations commerciales.
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Un rapport économique présidentiel publié récemment, et signé par le président Donald Trump, contredit plusieurs de ses allégations commerciales.

Washington — Le président américain, Donald Trump, s’est vanté d’avoir affirmé au premier ministre Justin Trudeau que Washington affichait un déficit commercial avec Ottawa alors qu’il n’en avait « aucune idée », a rapporté jeudi le Washington Post.

S’exprimant dans une soirée de collecte de fonds mercredi soir dans le Missouri, M. Trump a raconté cette anecdote, dont le journal dit avoir obtenu un enregistrement audio. « Trudeau est venu me voir. C’est un bon gars, Justin. Il a dit : “Non, non, nous n’avons pas de déficit commercial avec vous, nous n’en avons aucun” », a raconté le président en imitant le premier ministre, selon la retranscription du Washington Post. « J’ai dit : “Faux, Justin, vous en avez un.” Je ne savais même pas… Je n’en avais aucune idée. J’ai simplement dit : “Vous avez tort” », a poursuivi M. Trump. « Vous savez pourquoi ? Parce que nous sommes tellement stupides… Et je pensais qu’ils étaient malins. »

« J’ai dit : “Eh bien, dans ce cas, mon sentiment est différent […] mais je n’y crois pas” », a ajouté le président, affirmant avoir alors « envoyé un de nos gars, son gars, mon gars, ils sont sortis et j’ai dit : “Vérifiez, parce que je n’arrive pas à y croire.” »

Il est revenu sur le sujet jeudi matin sur Twitter : « Nous avons bien un déficit commercial avec le Canada comme nous en avons un avec presque tous les pays (certains sont énormes). » Et de poursuivre : « PM Justin Trudeau du Canada, un gars très bien, n’aime pas dire que le Canada a un surplus face aux États-Unis (en négociation), mais c’est le cas… c’est le cas pour presque tous… et c’est comme ça que je sais ! »

D’après les statistiques américaines, les États-Unis présentaient un excédent commercial (biens et services) avec le Canada de 12,5 milliards de dollars en 2016, pour 627,8 milliards de dollars d’échanges. Dans le détail, ils affichaient un déficit de 12,1 milliards dans les biens et un excédent de 24,6 milliards dans les services.

« Selon leurs propres statistiques, les États-Unis ont un surplus commercial avec le Canada », a indiqué Adam Austen, porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, citant les chiffres du gouvernement américain. « Le Canada et les États-Unis ont une relation commerciale équilibrée et mutuellement bénéfique », a-t-il insisté auprès de l’AFP.

M. Trump se plaint souvent de l’existence d’un déficit commercial entre le Canada et les États-Unis. Mais un rapport économique présidentiel publié récemment, et signé par M. Trump, contredit plusieurs de ses allégations commerciales — y compris celle concernant l’existence d’un déficit commercial avec le Canada. Le document affirme plutôt que le Canada compte parmi les rares pays envers lesquels les États-Unis affichent un surplus, qui serait d’environ 2,6 milliards $US.

Du reste, le cabinet de Justin Trudeau a refusé de commenter les propos que M. Trump aurait tenus mercredi soir. MM. Trudeau et Trump se sont rencontrés à la Maison-Blanche en octobre, lorsque la conversation décrite mercredi soir est censée s’être déroulée.

Pour sa part, celui qui occupait le poste d’ambassadeur des États-Unis au Canada jusqu’en janvier, Bruce Heyman, a déclaré jeudi sur Twitter que « mentir à vos amis ne fait que détériorer la relation. Le Canada a toujours été là pour nous. Comment peut-on tout simplement miner cette relation ? Vous [M. Trump] devriez avoir honte ! » Il accuse ensuite le président de « tout simplement sacrifier le Canada. C’est vraiment mal ».

ALENA

Dans le Missouri, le milliardaire a également décoché des flèches à l’encontre d’alliés des États-Unis. Selon le Washington Post, il a affirmé que l’Union européenne, le Japon et la Corée du Sud, mais aussi la Chine, avaient escroqué les États-Unis et les travailleurs américains. « Nos alliés s’intéressent à eux-mêmes, a-t-il dit. Ils n’en ont rien à faire de nous. »

Il a par ailleurs laissé entendre que, si aucun accord commercial n’était possible avec Séoul, Washington pourrait retirer ses forces armées déployées en Corée du Sud.

Il a enfin critiqué ceux qui souhaitent conserver le traité de libre-échange nord-américain (ALENA) avec le Canada et le Mexique, qui est en cours de renégociation à son insistance. Selon lui, Mexico est « trop gâté » et Ottawa a utilisé la ruse contre Washington. « Le meilleur accord est d’y mettre un terme et de passer un nouvel accord », a-t-il dit au sujet de l’ALENA.