La dette des consommateurs canadiens en forte hausse

En tenant compte de l’hypothèque, l’endettement total des Canadiens se chiffrait à 1821 milliards à la fin de 2017, en hausse de 6% sur un an.
Photo: iStock En tenant compte de l’hypothèque, l’endettement total des Canadiens se chiffrait à 1821 milliards à la fin de 2017, en hausse de 6% sur un an.

La dette personnelle a été abaissée pour 46 % d’entre eux, mais rien n’y fit. L’endettement global des Canadiens a fortement progressé en 2017 pour établir un nouveau record. Derrière cette progression se cache, toutefois, une amélioration du taux de délinquance.

Les données viennent de l’agence Equifax Canada. En tenant compte de l’hypothèque, l’endettement total des Canadiens se chiffrait à 1821 milliards à la fin de 2017, en hausse de 6 % sur un an. En excluant l’hypothèque, la dette moyenne atteignait 22 837 $ par personne, en hausse de 3,3 %.

Au Québec, la dette moyenne hors hypothèque s’établissait à 19 123 $, soit l’une des plus basses après celle des Manitobains (18 657 $), en hausse de 2,7 % sur 12 mois.

Equifax fait ressortir que « le niveau d’endettement des consommateurs canadiens continue d’atteindre de nouveaux sommets alors même que 46 % des gens ont baissé leurs dettes personnelles. Ceux qui ont ajouté plus de dettes (37 %) l’ont fait avec de plus fortes sommes en moyenne, poussant en hausse la dette moyenne détenue par tous les Canadiens. » L’accroissement le plus élevé se retrouve dans le segment des prêts à tempérament (+10,3 % sur un an), des prêts automobiles (+6,5 %) et des hypothèques (+6,2 %).

Mais s’ils sont plus endettés, les Canadiens restent de bons payeurs. « Les paiements d’hypothèques sont généralement faits à temps, ce qui pourrait être attribuable au faible taux de chômage et aux taux d’intérêt sur les hypothèques et les prêts automobiles qui sont encore à un bas historique et à des niveaux raisonnables », a indiqué Regina Malina, directrice principale, Aperçus décisionnels à Equifax Canada. « Alors que les nouvelles règles hypothécaires commencent à avoir une incidence sur les taux d’approbation, il pourrait y avoir un changement dans le profil des clients hypothécaires et dans les activités du marché hypothécaire, mais pour le moment, la plupart des gens gèrent leurs paiements. »

L’agence ajoute que le taux de délinquance de 90 jours et plus est en recul de 6,4 % à l’échelle canadienne sur 12 mois. Pour sa part, les faillites de consommateurs ont reculé de 1,7 %. Par groupe d’âge, ceux qui composent les millénariaux affichent l’un des taux de délinquance les plus élevés, mais ce degré de défaillance a diminué de 9 % sur un an. Dans l’ensemble, la délinquance baisse dans toutes les tranches d’âge, mais de façon plus marquée dans celle des moins de 25 ans.

La dette totale des millénariaux « continue d’augmenter, mais ils semblent mieux s’acquitter de leurs paiements. Cette situation souligne l’importance de l’alphabétisation financière chez les jeunes Canadiens. Cependant, encore une fois, la dette des Canadiens plus âgés continue aussi d’augmenter, ce qui pourrait indiquer que les millénariaux obtiennent un peu d’aide », a ajouté Regina Malina.

Avec une mesure différente, Statistique Canada indiquait en décembre dernier que la dette totale des ménages sur le marché du crédit exprimée en pourcentage du revenu disponible avait augmenté à 171,1 % au troisième trimestre de 2017. La progression de 1,4 % par rapport au deuxième trimestre a surpassé, de loin, celle de 0,1 % de la valeur de l’actif total. L’agence fédérale ajoutait que le ratio du service de la dette, qui correspond au total des paiements obligatoires de capital et d’intérêts en proportion du revenu disponible, était demeuré relativement stable à 13,9 %.

Ratissant plus large qu’Equifax, Statistique Canada calculait que la dette totale des ménages sur le marché du crédit avait atteint 2110,3 milliards au troisième trimestre. La dette hypothécaire a grimpé de 1,5 % à 1384,2 milliards, alors que le crédit à la consommation avançait de 1,2 % à 620,7 milliards.