Trump veut discuter barrières douanières avec l’UE

Le président américain a assuré dans un tweet que son secrétaire au Commerce, Wilbur Ross (à gauche), allait discuter avec des représentants européens.
Photo: Evan Vucci Associated Press Le président américain a assuré dans un tweet que son secrétaire au Commerce, Wilbur Ross (à gauche), allait discuter avec des représentants européens.

Bruxelles — L’UE a promis lundi de se défendre face à ceux qui veulent l’« intimider » par des mesures protectionnistes au moment où Donald Trump menace de lourdes taxes ses industries sidérurgique et automobile. Mais elle espère encore éviter « une guerre commerciale » avec Washington.

« Nous avons vu récemment comment [le protectionnisme] est utilisé comme une arme pour nous menacer et nous intimider. Mais nous n’avons pas peur et nous nous défendrons contre les intimidateurs », a affirmé lundi la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, sans toutefois directement mentionner les États-Unis ou M. Trump.

Le président américain a pour sa part assuré dans un tweet que son secrétaire au Commerce Wilbur Ross allait discuter avec des représentants européens de « l’élimination des importantes barrières douanières et tarifs qu’ils utilisent contre les États-Unis. C’est injuste pour notre agriculture et notre secteur manufacturier », a-t-il estimé, sans donner de précisions. La Commission européenne n’a fait aucun commentaire sur cette annonce, mais son vice-président Jyrki Katainen avait clairement indiqué vendredi que si l’UE était ouverte « au dialogue » avec Washington, elle n’avait pas l’intention de s’engager dans « une négociation commerciale » ou de faire « des concessions ».

Malgré les mises en garde des partenaires commerciaux des États-Unis, Donald Trump a formalisé jeudi dernier sa décision d’imposer des taxes à l’importation de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium. Elles doivent entrer en vigueur d’ici une dizaine de jours. L’UE exige d’être exemptée de ces mesures, comme le seront le Canada et le Mexique.

Des premières discussions samedi dans la capitale belge entre les Européens et le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, en présence également du ministre japonais de l’Économie, Hiroshige Seko, se sont avérées infructueuses. Pire, quelques heures plus tard, le président américain exigeait « l’abandon » par l’UE des barrières douanières et réglementaires sur les produits américains pour l’exempter des taxes sur l’acier et l’aluminium.